SOS Racisme contre Marine Le Pen : l'attaque des clones ! - ParisVox

SOS Racisme contre Marine Le Pen : l’attaque des clones !

SOS Racisme

Paris Vox (Tribune) – Cette semaine l’association subventionnée lance une campagne afin de « contrer Marine Le Pen » qui sortira peut-être en tête au soir du premier tour de l’élection présidentielle. L’objectif affiché est de ne pas revivre le 21 avril 2002, date à laquelle le Front National était « aux portes du pouvoir » selon l’association (avec 18 % des voix au second tour de l’élection présidentielle on peut tout de même s’interroger sur ce postulat de départ…).


Le slogan de cette campagne est : “N’en déplaise à Le Pen #onesttouspareil”

Sos Racisme est né de la marche des beurs pour l’égalité dans les années 80.

De la lutte contre les discriminations et pour l’égalité à aujourd’hui, le combat de SOS Racisme serait-il devenu l’uniformité ?

Ce qui fonde un peuple est multiple, on pourra citer la langue en premier lieu, les coutumes séculaires et le lien indéfectible entre des hommes et leurs terres.

Le régime soviétique s’est employé pendant une grande partie du 20ème siècle à détruire les identités locales pour y substituer l’identité soviétique.

Les trois pays baltes, les ukrainiens, les polonais et les hongrois (entre autres) sont devenus un ersatz d’homme neuf à force de matraquage idéologique et d’une répression rarement égalée à l’échelle de l’humanité. A la chute de l’union soviétique, qu’est il resté de cet homme nouveau ? Des identités troublées et brouillées pour finalement une tentative de retour aux identités originelles.

Alors quel est le dessein de SOS racisme ?

Fonder un homme neuf, uniforme, pour créer des consommateurs dociles avec pour langue commune un français appauvri auquel on ajoutera un anglais global en signe d’ouverture à l’international ?

Dans le dossier de presse qui annonce cette nouvelle campagne SOS Racisme touche le fond au niveau d de l’argumentaire sémantique.

Je cite :”SOS racisme a décidé de démontrer que s’il existe au sein de la population française des différences d’origine ou de religions, nos similitudes nous rapprochent”, fermer le banc !

SOS Racisme contre Marine Le Pen : l’attaque des clones !

Ne voulant discriminer personne, SOS Racisme a pris soin de ne rien désigner de ces fameuses similitudes, ils auraient peut-être pu dire « on a tous deux bras et deux jambes, on est donc pareil », mais cela aurait été exclure les boiteux et les mutilés…

Oui les différences des hommes sont une richesse, lorsque les antiracistes parlent de blancs, de blacks ou de beurs, ils commettent une grande faute. La « blanchitude » ne suffit pas à faire une identité pas plus que la « négritude ».

Les identités sont complexes, un black, est ce un Africain d’Afrique francophone, anglophone ou même lusophone, un Antillais peut-être ?

Ce black en question se définit par son ethnie, son origine géographique et les coutumes inhérentes à celles-ci. Nier ces évidences c’est nier l’identité de cette personne.

Mon pote et moi on est pareil” en somme revient à dire « mon pote et moi sommes le néant ».

C’est de la différence qu’on apprend et qu’on grandit, conserver des identités fortes avec des passerelles entre ces dernières sauvera l’humanité bien plus qu’affirmer une uniformité basée sur le vide et le néant.

Est ce que le seul salut pour les hommes est de devenir un succédané d’identité, un ramassis qui additionnerait quelques onces de libéralisme une bonne dose de pensée libertaire, et l’ingrédient principal un consumérisme effréné avec des achats toujours plus nombreux de produits bas de gamme (parfois vendu à prix fort) et pour saupoudrer le tout une légère pincée d’esprit français vidé de sens.

Il est urgent d’afficher et d’affirmer nos différences non pas dans la haine de l’autre mais dans un esprit de saine découverte et de compréhension des autres.

L’identité française bien que complexe à déterminer peut se poser sur trois piliers.

– Local

– Hexagonal

– Continental

Le pilier local est l’ancrage régional, puis vient l’échelon national et enfin européen avec des racines celtes, romaines, germaines, nordiques et grecques notamment.

Ces échelons sont d’une part d’origine naturelle, innée, et d’autre part construits. Le territoire a façonné notre manière de vivre (alimentation, sécurité pour soi et les siens…). Les choix des hommes ont ensuite achevé de façonner l’identité.

Cette identité française est donc polymoprhe. Les Corses sont les français à avoir versé le plus de sang pour la nation lors du premier conflit mondial dont nous célébrons le centenaire, ils sont français comme le sont les basques, le bretons, les gascons, les berrichons ou les beaucerons, chacun d’eux (et des autres) forment la France, mais il ne sont pas pour autant uniformes, interhcnageables, ils sont l’addition intelligente d’identités propres et compatibles, acceptant une communauté d’esprit et de destin.

Donc non, mesdames et messieurs les communicants de SOS Racisme nous ne sommes pas tous pareils, nous devons rester différents pour continuer à exister. La dilution uniformisatrice que vous appelez de vos vœux c’est la négation de siècles d’histoire et d’histoires !

Alors face à SOS Racisme et aux falsificateurs affirmons fièrement que nous ne sommes pas tous pareils, il en va de notre survie collective.

Jean Ernice

© ParisVox.info 2016 - Dépêche libre de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d'origine.
Trois « jeunes »
La recette du mois:
Notez cet article :