Rencontre avec l’association Paris Fierté

Rencontre avec l’association Paris Fierté

Paris Vox – Samedi 14 janvier, l’association Paris Fierté organise la journée de la fierté Parisienne, afin de faire mieux connaitre l’association et de présenter cette journée l’équipe de Paris Vox a rencontré les responsables de l’association Paris Fierté.


Paris Vox  : Qui est Paris Fierté  ?

Paris Fierté  : Qui  ? Paris Fierté, c’est ce serveur qui t’apporte ton café, c’est cette jolie nana qui court pour ne pas être en retard à la fac, c’est cet éboueur qui finit son service, c’est cette grand-mère qui allume un cierge à la chapelle de la Médaille miraculeuse en mémoire de son mari décédé, ce sont ces petits garçons qui jouent aux petits soldats dans la rue, c’est cette bande de loulous qui sirotent des bières boulevard Grenelle, …

Paris Fierté, c’est autant toi, moi, et probablement une partie non-négligeable des lecteurs de ParisVox.

Mais plus formellement, Paris Fierté est une association culturelle loi 1901 qui a pour but de rappeler et d’affirmer les spécificités et traditions liées à l’identité parisienne et francilienne. C’est une association qui a plus de 10 ans d’existence.

PV  : Pourquoi organiser une journée de la fierté Parisienne depuis 2005 ?

Paris Fierté  : Nous vivons une époque où on peut être fiers de tout et n’importe quoi, surtout de ce qui est superficiel ; fiers d’écouter telle ou telle musique, fiers d’appartenir X ou Y courants. Nous, nous voulons agir sur l’essentiel  : l’identité. Demandez à un touriste s’il a aimé Paris  : « Merveilleux, quelle ville splendide, les restos sont supers et les transports pratiques  ! ». Mais rarement, trop rarement, on vous parle des Parisiens et autres Titis. Jamais, on ne vous parle de l’identité parisienne.

Cette identité qui pourtant construit un homme et renforce son collectif. C’est pour cela que nous organisons ces Journées de la Fierté Parisienne début janvier, en même temps que la célébration de Sainte Geneviève. Nous saisissons le symbole de la Protectrice de Paris pour nous réapproprier cette identité. Nous avons commencé à 30. Nous sommes aujourd’hui près de 800. Et demain, combien  ?

Paris Fierté

PV  : Quel est le programme du samedi 14 janvier ?

Paris Fierté  : Nous donnons rendez-vous dès 15h sur une péniche sous le Pont des Arts (M° St Germain-des-Prés ou Pont Neuf) pour un bistrot – guinguette à la Parisienne. Nous voulons que les gens profitent d’un moment convivial où ils pourront discuter, rire, se retrouver, autour de produits 100 % franciliens. A boire et à manger local  !

A 18h, nous appelons tous les Parisiens et tous les défenseurs des identités incarnées à participer à la grande manifestation populaire en l’honneur de Sainte Geneviève. C’est au pied de sa statue (Pont de la Tournelle, M° Maubert Mutualité ou Pont Marie) que le cortège, jeune, bruyant, coloré et festif, s’élancera pour arpenter les rues du Quartier Latin et finira par un vin chaud devant l’église St Etienne du Mont où repose la Sainte.

Le soir, nous organisons une soirée privée – et déjà complète – pour nos bénévoles et nos sympathisants.

PV  : La journée de l’an passée était une réussite, quelles sont vos attentes pour cette nouvelle journée  ?

Paris Fierté  : Encore plus de monde, toujours plus de passion et un maximum de plaisir pour tous les participants. Cette Ville est à nous et nous sommes son peuple !

https://www.youtube.com/watch?v=BvoGPd6Yjo8

PV  : Que représente pour vous Sainte Geneviève dont c’était la fête le 3 janvier dernier  ?

Paris Fierté  : Sainte Geneviève est un modèle spirituel et héroïque pour nous. Elle a rassemblé les Parisiens face à l’envahisseur barbare qui la menaçait (Attila et ses Huns). Elle a poussé les gens à faire preuve de courage et d’esprit de combat.

Ce qu’elle a vécu au début du 1er Millénaire ressemble étrangement à ce que nous sommes en train de vivre  ; et ce ne sont pas les exemples de Janvier 2015 ou du Bataclan qui vont nous démentir.

Droiture, courage, force et ténacité  ; voici ce que représente pour nous Sainte Geneviève.

PV  : Cette célébration est réservée aux seuls chrétiens  ?

Paris Fierté  : Absolument pas, cette manifestation (et non célébration) est ouverte à tous les Parisiens enracinés et à leurs amis. Nous ne sommes pas une association confessionnelle  ; nous sommes une association culturelle dont le but est de promouvoir l’identité parisienne dans toute sa continuité, passant de Geneviève à Audiard, de Molière aux Apaches.

PV  : Quelle définition donneriez-vous à l’identité Parisienne, à laquelle Paris Vox est également attaché  ?

Paris Fierté  : L’identité parisienne se caractérise par son appartenance à l’identité française et participe au rayonnement de notre civilisation commune à tous, l’Europe.

Etre Parisien, c’est d’abord un style de vie. C’est boire un verre sur les terrasses des boulevards et se marrer en voyant passer les collègues manifester. C’est aller prier Dieu à Montmartre puis redescendre s’encanailler aux courses de chevaux. C’est se promener avec des marmots surexcités parce qu’on a un logement trop exigu. C’est lire le long de la Seine ou s’attarder sur les bancs des bibliothèques d’université. C’est attendre le métro et regarder ces fêtards se bousculer.

C’est penser qu’on peut changer le monde et le faire vraiment.

PV  : D’un point de vue plus général, ne craignez-vous pas la muséification de la ville lumière  ? (baisse du nombre d’habitants, boboisation des quartiers …)

Paris Fierté  : On peut le craindre  ; et c’est pour cela que notre travail repose d’abord et avant tout sur le concept d’identité. On cherche à mettre en avant un peuple, un collectif, un patrimoine immatériel. Et le succès de nos initiatives tend à prouver qu’il y a une très forte demande d’identité à l’époque de la mondialisation.

PV  : Si Paris était un livre, une chanson pour vous  ?

Paris Fierté  : Un livre  : « Paris est Patrie » de Simon Charles et Frédéric Robillard.

Une chanson  : non, ce n’est pas « Paname c’est la Champion’s League » mais plutôt « La Valse à mille temps » de Brel, « Paris aujourd’hui » de La Souris Déglinguée ou « Les Apaches règnent sur Paris » de Hotel Stella.

PV  : Un mot pour conclure  ?

Paris Fierté  : Cessons de penser que l’identité parisienne est morte et n’existe plus. Il n’y a rien de plus désespérant – et désespéré – que la fatalité.

Et ça commence donc par être très nombreux et très bruyants ce samedi  !

Nous remercions les représentants de l’association Paris Fierté pour avoir répondu à ces questions pour les lecteurs et nous leurs souhaitons un beau succès pour cette journée de la fierté Parisienne.

Vous trouverez toutes les informations pratiques sur les sites et réseaux sociaux de Paris Fierté  :

https://www.facebook.com/associationparisfierte/?fref=ts

https://twitter.com/parisfierte

Fermer le menu