La grande misère des églises parisiennes

La grande misère des églises parisiennes

Paris Vox – Lente dégradation du patrimoine cultuelle catholique à Paris… Plus de 25 % des 85 édifices du culte catholique de la capitale sont en effet aujourd’hui détériorés ou en voie de détérioration et doivent être recouverts de filets de protection contre les chutes de pierres.


Délaissés par les fidèles, longtemps boudées par des autorités qui ont d’autres priorités, les édifices se dégradent, se lézardent, prennent l’eau…

Cependant la situation n’est pas totalement désespérée car, notamment grâce à l’activisme de l’Observatoire du patrimoine religieux et de l’association SOS Paris, la Ville de Paris a présenté un plan sur six ans (2014-2020) consacré au patrimoine cultuel, d’un montant de 80 millions d’euros. Une somme qui apparaît toutefois largement insuffisante lorsque l’on sait que la restauration de la tour nord de Saint-Sulpice a coûté à elle-seule 28 millions d’euros.  Or les besoins sont considérables, la réfection de la toiture de Saint-Vincent-de-Paul (Xe) exige 4 millions d’euros, les travaux de Sainte-Eugène-Sainte-Cécile (IXe) plus de 7 millions….

Quant au « grand public », il s’habitue à cet état de délabrement et à l’omniprésence de filets et d’échafaudages sur les murs des églises, ne se mobilisant plus, éventuellement, que lors de l’annonce d’une complète destruction…

Fermer le menu