Le djihadisme défendu jusque dans les écoles d’Île de France ?

Le djihadisme défendu jusque dans les écoles d’Île de France ?

Paris Vox – Il était professeur d’anglais et habitait Fontenay-sous-Bois. Les médias le dépeignent déjà comme quelqu’un de « sympa, cultivé » (Le Parisien). Seulement cet homme, qui enseignait dans un collège public de Seine Saint Denis, a été condamné le 27 février pour complicité d’association de malfaiteurs en lien avec une entreprise terroriste.


En effet, il faisait partie de ce que les enquêteurs ont appelés « la filière djihadiste de Champigny »  : une quinzaine de musulmans qui ont rejoint l’Etat Islamique en Syrie ou ont aidé ceux qui sont partis. Ce professeur, qui est selon ses propres dire un musulman « engagé spirituellement », a ainsi acheté une lunette de visée pour un de ses « amis’ »parti mener le combat contre les forces de Bachar el Assad.

Il avait été condamné en première instance à 18 mois de prison ferme et 18 mois avec sursis (mais sous forme de peine aménageable, ce qui veut dire que cet homme pourrait rester en liberté malgré sa proximité avec des milieux terroristes). La cour d’appel a très légèrement alourdi lundi cette peine (quatre ans dont deux avec sursis).

Pour les autres prévenus de la filière de Champigny, les peines sont allées jusqu’à dix ans de prison pour ceux s’étant rendus en Syrie et s’étant rendus coupables de nombreuses exactions. Certains des condamnés sont toujours en fuite, ou encore au Moyen Orient.

Fermer le menu