Accueil des migrants clandestins : la colère monte chez les élus locaux d’IDF

Accueil des migrants clandestins : la colère monte chez les élus locaux d’IDF

Paris Vox – Placés devant le fait accompli, prévenus à la dernière minute, confrontés au mécontentement et à l’inquiétude de leurs administrés, les maires et les élus franciliens sont au bord de la crise de nerfs et n’hésitent désormais plus à critiquer ouvertement la politique du gouvernement vis à vis de l’afflux de migrants clandestins.


 

Le démantèlement du campement sauvage de Stalingrad a accéléré le phénomène et les communes d’Ile de France n’arrivent plus à faire face.

Ainsi François Pupponi, le député-maire PS de Sarcelles (Val-d’Oise), ne décolère pas depuis que 950 nouveaux migrants clandestins ont été installés sur sa commune. Dans une ville déjà touchée par de nombreux maux socio-économiques et une délinquance endémique, la situation est de plus en plus tendue. « Les habitants de Sarcelles sont excédés, ils ont l’impression que cela ne va jamais s’arrêter. La ville de Paris envoie chez nous ceux dont elle ne veut pas. » a notamment déclaré le maire de la ville.

Un sentiment partagé par de plus en plus d’élus locaux, affolés par une gestion « à court terme et courte vue » de la problématique des flux migratoires clandestins de plus en plus incontrôlés.

Une politique d’improvisation et de précipitation qui a également pour but d’empêcher l’opposition à ces installations de s’organiser et de mettre en place des manifestations.

Fermer le menu

Chroniques
Une fin du monde sans importance