Lutte contre la prostitution : le client pénalisé

Lutte contre la prostitution : le client pénalisé

Paris Vox – Le 6 avril dernier, le Parlement français a définitivement adopté la pénalisation des clients de la prostitution. Cette mesure devient ainsi l’une des rares « promesses de campagne » de François Hollande véritablement tenue.
Désormais l’achat de services sexuels sera sanctionné par une contravention de 1 500 euros, pouvant passer à 3500 euros en cas de récidive. Parallèlement le racolage ne sera plus verbalisé, le gouvernement ayant donc décidé, au sein de ce marché très particulier, de sanctionner la demande plutôt que l’offre.
Autre volet de la loi, la mise en place de procédures d’accompagnement social, ainsi que l’octroi d’un titre de séjour temporaire pour les étrangères souhaitant « raccrocher ».
La France est aujourd’hui le cinquième pays européen à pénaliser les clients de la prostitution. Les cinq autres sont la Suède, la Norvège, l’Islande et le Royaume-Uni.
Même s’il est difficile de le comptabiliser avec précision, environ 40 000 prostituées « travailleraient » en France, dont 80 % d’origine étrangère.
Reste à savoir comment et dans quelle mesure cette nouvelle règle pourra être concrètement appliquée dans un contexte où les forces de l’ordre sont déjà très sollicitées par d’autres priorités de sécurité publique. Certains observateurs voient d’ailleurs dans ce texte un acte plus symbolique que véritablement efficient. D’autres s’inquiètent de l’octroi automatique d’un titre de dé séjour aux prostituées étrangères, dispositif qui pourrait représenter une nouvelle pompe aspirante migratoire.

Fermer le menu

Chroniques
Une fin du monde sans importance