Êtes-vous un « navetteur » ?

Êtes-vous un « navetteur » ?

Paris Vox – Nous avons désormais le plaisir de relayer certaines des chroniques que l’éditeur et écrivain Philippe Randa confie au quotidien Présent, en privilégiant celles qui touchent de près ou de loin à Paris ou la région parisienne. 


 

Saviez-vous que 64 % des Français qui travaillent sont des « navetteurs » (ils étaient 58 % en 1999) ? Leurs emplois  sont en effet dans une commune – plus ou moins proche – qui n’est pas celle où ils résident.

Bien évidemment, cette augmentation, étudiée par l’INSEE, est principalement liée aux régions les plus peuplées, culminant en Hauts-de-France (71 %) et en Île-de-France (69 %) et beaucoup moins en Provence-Alpes-Côte-d’Azur (47 %), en Corse (41 %)… ou encore en Guyane (33 %).

Cette étude nous apprend également que la distance des parcours a tendance à s’allonger. Si en Île-de-France, elle reste stable, « cette stabilité est à mettre en regard avec la congestion du trafic dans les zones les plus denses qui conduirait à atteindre une limite pour la distance domicile-travail.  »

Les navetteurs subissant les plus longs parcours entre leurs domiciles et leurs poste de travail se rencontrent parmi les chefs d’entreprises ou les cadres, ces derniers étant alors affublés du surnom de « cadres TGV », puisque hantant les trains matin et soir.

Cette étude pourrait-elle annoncer dans les années à venir un changement important dans les mentalités des Français ?

Ceux-ci sont connus pour être particulièrement attachés à être ou à devenir propriétaire de leur habitation. Lassés par la fatigue des transports tout autant que par la perte de temps, finira-t-il par privilégier à l’avenir la mobilité de leur lieu de résidence… ou le monde du travail finira-t-il par s’éloigner des grandes agglomérations, chaque jour plus invivables ?

(Philippe.randa@present.fr)