Bataclan : des gendarmes critiquent leur chef

Bataclan : des gendarmes critiquent leur chef

Paris Vox – Scandale dans la grande muette. Par l’intermédiaire d’une lettre anonyme, des gendarmes membres du GIGN ont pris à partie leur chef, le colonel Hubert Bonneau, dont ils dénoncent l’attitude lors de l’attentat du Bataclan.


 

L’attaque est violente, le colonel est accusé de « manquer de courage », d’être un « mauvais chef» et de « perdre ses moyens dans l’action ». Rien moins. Même si l’on ne sait pas combien de gendarmes font partie des « frondeurs », cette lettre embarrasse l’institution. Pour les auteurs de la missive, le GIGN aurait pu intervenir plus rapidement mais leur colonel se serait retranché derrière une question de « compétence territoriale » pour différer l’opération et la laisser finalement aux troupes d’élites de la police.

Une affirmation qui contredit les conclusions de la commission d’enquête sur les attentats qui a estimé, elle, que l’intervention du GIGN n’était pas « nécessaire », la mobilisation du Raid et de la BRI étant suffisante.

Fermer le menu