Le maire de Stains accusé d’apologie du terrorisme

Le maire de Stains accusé d’apologie du terrorisme

PARIS VOX – Azzédine Taïbi, le maire PCF de Stains, premier maire « beur » des banlieues de Seine Saint-Denis, est une nouvelle fois convoqué par le tribunal administratif de Montreuil suite à « l’affaire de la banderole », l’élu ayant installé, en mai dernier, au fronton de la Mairie une banderole de soutien au leader palestinien Marwan Barghouti.


Une prise de position choquante et inacceptable pour le « bureau national de vigilance contre l’antisémitisme » (BNVCA) qui dénonce «une apologie publique d’un acte terroriste » et porte plainte contre le maire qui n’en est pas à son coup d’essai, puisqu’en 2009, Stains avait déjà élevé le leader palestinien au rang de citoyen d’honneur de la ville.
Le préfet, qui s’est rangé du côté de l’association de lutte contre l’antisémitisme, a engagé un véritable bras de fer avec l’élu local sur ce sujet particulièrement sensible qui avive une fois de plus les tensions inter-communautaires.
L’affaire devrait être jugée sur le fond d’ici quelques semaines.
Marouane (ou Marwan) Hassib Ibrahim Barghoutiest un homme politique et un chef de groupe armé palestinien, né le 6 juin 1959 près de Ramallah. Il joue un rôle important durant la première et la seconde Intifada, dont il fut le principal organisateur de la campagne terroriste menée en Israël et dans les territoires palestiniens occupés. Barghouti est arrêté en 2002 puis condamné à cinq peines de prison à perpétuité pour le meurtre de cinq civils israéliens et pour avoir commandité quatre attaques terroristes. S’il est considéré comme un héros par certains militants du nationalisme palestinien et de la « cause palestinienne », d’autres le rejettent et le condamnent.

Fermer le menu