Paris : les « anti-police » interdits de manifestation

Paris : les « anti-police » interdits de manifestation

Paris Vox – Les autorités ont jugé que les tensions étaient suffisamment exacerbées pour ne pas jeter encore un peu plus d’huile sur le feu. C’est pourquoi la préfecture a décidé de ne pas autoriser la manifestation du collectif d’extrême-gauche «Urgence – notre police assassine». Ce dernier demandait à pouvoir défiler ce mercredi 18 mai avant la manifestation des policiers en colère. On imagine aisément le cocktail explosif qu’aurait été la proximité de ces deux cortèges.
La préfecture a considéré que la demande du collectif représentait une provocation, la manifestation devant avoir lieu Place de la République, l’endroit même du rassemblement des policiers venant dénoncer la « haine du flic » dont ils seraient victimes.
Le collectif « Urgence-Notre police assassine » affirme lutter contre les violences policières et dénonce la brutalité récurrente des forces de l’ordre.
Des accusations rejetées par le directeur général de la police nationale, Jean-Marc Falcone, rappelant notamment : « J’ai 160 policiers blessés à l’heure où je vous parle, 110 CRS et un officier a été gravement blessé, à l’œil, hier à Lyon ».
« Si nous étions vraiment violents, les centres villes ne seraient pas dévastés par quelques centaines de voyous qui agissent quasiment en toute impunité… Combien compte-t-on de blessés parmi ces « casseurs » équipés et organisés qui viennent pour en découdre ? Bien peu, presque aucun ! Nos supérieurs et les autorités vivent au contraire dans la terreur de la « bavure » et donc nous laissons beaucoup de marge de manoeuvre aux fauteurs de troubles… » commente pour sa part un CRS, sous couvert d’anonymat.