Big Brother : des drones pour surveiller Paris

Big Brother : des drones pour surveiller Paris

Paris Vox – Souriez, vous êtes (toujours plus) filmés  ! Métro, RER, bus, rue, places, banques, parcs et jardins… les  1 200 caméras de vidéosurveillance de la capitale vous suivaient déjà presque partout. Dorénavant, vous serez également observés du ciel par les drones professionnels de la préfecture de police de Paris. Ils sont pour le moment au nombre de deux dont l’achat a été validé par les diverses institutions. Il s’agit de drones équipés d’une caméra embarquée, dont la principale mission devrait-être, du moins dans un premier temps, le contrôle des manifestations sur la voie publique. Déjà utilisés ponctuellement pour des opérations précises et limitées, ces nouveaux drones représentent un pas de plus dans la surveillance généralisée puisque ces nouveaux drones seront utilisés de manière « ordinaire » pour ne pas dire « permanente ».

 

Légalement, les personnes « drono-surveillées » doivent en être informées, une mesure difficile à mettre concrètement en place réellement, au-delà d’une simple information générale comme par exemple lors du dernier marathon de Paris, la présence de drones étant indiquée sur le règlement de la course.

 

Les modèles de la préfecture de police devraient être particulièrement performants,  dotés de 6 hélices, capables de voler à près de 40 km/h, pesant au maximum 10 kg et pouvant emporter  « une ou plusieurs charges utiles » d’un poids total de 3 kg du type caméra numérique, matériel informatique… ou « armes » évoquent certains opposants à ce nouveau système de contrôle.

Présentés comme un nouveau moyen de lutte contre le risque terroriste, ces engins ultra perfectionnés (d’un coût d’environ 350 000 euros), pouvant filmer clairement une plaque d’immatriculation à plus de 50 mètres de hauteur, pourraient surtout s’avérer être de remarquables moyens de contrôle social et de répression dans le cadre de mouvements protestataires de rue du type de la « Nuit Debout ».

Fermer le menu