Dimanche, Marche pour la vie : « Le combat pour la vie n’est rien d’autre qu’un combat anthropologique et civilisationnel »

Dimanche, Marche pour la vie : « Le combat pour la vie n’est rien d’autre qu’un combat anthropologique et civilisationnel »

Paris Vox – Ce dimanche 22 Janvier, la Marche pour la Vie va une nouvelle fois battre le pavé parisien pour promouvoir la défense de la vie de la conception à la mort naturelle. Question fondamentale pour les uns, combat d’arrière-garde pour les autres, sujet tabou pour beaucoup, le « combat pour la vie » mérite en tout cas mieux que le mépris ou les quolibets avec lesquels il est traité généralement par les médias. D’autant plus à l’heure ou, de l’euthanasie à la GPA, « la vie » semble en passe de devenir un marché comme un autre. ?. Rencontre avec Adrien, coordinateur général de l’événement.

1) Le combat pour la vie est caricaturé par beaucoup et violemment attaqué par d’autres. Qu’est-ce qui vous a poussé à embrasser cette cause et à rejoindre l’organisation de la Marche pour la Vie?

Le combat pour la vie n’est rien d’autre qu’un combat anthropologique et civilisationnel. Il s’agit, ni plus ni moins, de défendre une vision assez traditionnelle du monde. Dans une société classique, il n’y aurait aucun caractère exceptionnel à cet engagement. S’élever contre la mise à mort d’un être innocent, respecter la dignité de chaque être humain, défendre les plus fragiles… Cela me semble tout ce qu’il y a de plus normal chez des gens civilisés. Mon implication dans l’organisation de la Marche pour la Vie n’est sans doute pas à chercher beaucoup plus loin.

Quant aux caricatures des uns et aux attaques des autres, il y aurait beaucoup à dire selon le degré d’inepties qui les sous-tendent. Lorsqu’elles proviennent de ceux qui cherchent à tout déconstruire et à combattre les fondements de notre société, nous n’y trouvons rien de vraiment étonnant. Le néant leur sert de boussole… Quand elles sont le fait de personnes qui prétendent défendre des valeurs traditionnelles, cela est plus choquant. La critique la plus répandue de ce côté-là est que ces sujets n’intéressent personne et que cela est contre-productif de s’en emparer ; qu’il serait plus important de parler immigration, retraites ou que sais-je. Je ne dis pas que ces sujets politiques ne sont pas importants. Simplement, toutes ces questions sont liées et je suis assez circonspect en voyant des personnes proches de nos idées ne pas se jeter dans le combat pour la défense de la vie et la famille. Il est inconséquent de défendre des idées politiques, un modèle de société voire de civilisation, sans chercher à préserver ce qui en fait le fondement…

2) À l’heure où l’on débat de la constitutionnalisation de l’avortement et où la GPA et l’euthanasie tendent à se généraliser, cette nouvelle marche revêt-elle un importance particulière ?

L’actualité législative montre qu’il est toujours plus urgent de porter le combat. Cette marche est donc très importante. Il faut montrer qu’il reste encore des « veilleurs de civilisation ». Beaucoup disent que manifester est inefficace. C’est avec ce genre de raisonnements qu’on ne fait plus rien. La politique est un rapport de forces. La marche pour la vie est un des moyens d’instaurer les conditions d’un rapport de force qui nous soit un peu plus favorable. En effet, le combat pour la vie s’exprime de multiples manières et ne se résume pas à notre démonstration de rue annuelle. Toutefois, notre manifestation est l’expression la plus visuelle de notre cause. Du mot même des autorités policières, nous sommes la force militante qui réunit le plus de personnes, avec autant de régularité, et sur un temps aussi long. J’ajouterai que depuis des années, le goût de la rue et de l’engagement politique est né chez certains de cette manifestation. Bien avant « l’engouement Manif pour tous ». La force politique – que nous situerons de manière simpliste à droite sur l’échiquier – qui bat le pavé depuis le plus longtemps c’est la marche pour la vie. Ce ne sont pas les mouvements ou groupuscules qui font de l’agit-prop ou les partis politiques traditionnels. Tous ont abandonné ce terrain, préférant le laisser à la gauche.

3) Le combat pour la vie semble totalement abandonné par les partis politiques, où qu’ils se situent sur l’échiquier politique. Comment expliquez-vous cette situation et y-a-t-il des exceptions à ce constat ?

Aucun parti politique majeur ne porte réellement le combat pour la vie. Via, le parti qui a succédé au Parti Chrétien-démocrate ou le Mouvement conservateur (anciennement Sens Commun) sont les seuls à se positionner très clairement dans une bonne direction sur ces sujets. Certaines individualités au Rassemblement National, à LR et à Reconquête mènent aussi le combat, il faut le souligner. Mais encore, que ce soit ces personnalités ou ces petits partis, cela est bien faible. On est loin de les entendre aussi fort que le Front National sur ces questions-là il y a quelques années (NB : le FN proposait encore l’abrogation de la loi Veil en 2002). C’est dommage, mais je souligne l’effort de ceux qui continuent à se battre inlassablement. Et cela au-delà des étiquettes partisanes. Il est tellement difficile de s’emparer de ces sujets que je ne leur jette pas la pierre. Encourageons-les. Si la défense de la vie de sa conception à sa mort naturelle est devenue tabou, c’est sans doute que les hommes politiques qui menaient la lutte autrefois n’ont pas assez été encouragés. Nous soutenons tout ce qui va dans le bon sens. Le combat continue.

Informations pratiques : Départ dimanche 22 Janvier, 14 heures, du parvis de Montparnasse.