Faire un don
La nouvelle inquiétude de la police parisienne : les gangs Tamouls du Xème arrondissement

La nouvelle inquiétude de la police parisienne : les gangs Tamouls du Xème arrondissement

Paris Vox – La communautarisation de la violence se renforce tous les jours. Les joies du « vivre ensemble » sans doute… Cette fois-ci c’est la communauté Tamoule qui se retrouve dans le viseur des forces de l’ordre.

En effet, la Préfecture de Police de Paris a observé une nette augmentation des violences organisées par des gangs issus de cette ethnie originaire d’Inde et de Sri Lanka. Depuis quelques années, les expéditions punitives se succèdent, en particulier au cœur du 10ème arrondissement de Paris. En 2019, un homme avait été tué lors de l’une d’elles, frappé d’un coup de couteau au thorax.

Les affrontements se font entre deux bandes rivales de cette communauté : les Avaa et les Elaam Boys. Issus de pays ultra violents, ils importent dans notre pays la violence culturelle de leur pays d’origine. Leurs affrontements se font habituellement dans les banlieues de la petite couronne que la police a déserté : Saint-Denis, Bobigny ou encore Pantin.

D’autres gangs tamouls sont aussi dans le viseur de la Préfecture de Police : les Cobras, les Cyber, les Red Boys. Des gans criminels, en mutation permanente, composés de jeunes violents et souvent en situation clandestine…

La France ne semble décidément pas prête de cesser de profiter des merveilleux « apports culturels » de l’immigration.