Faire un don
L’histoire de l’abbaye Notre-Dame de Koutaba et son fameux café !

L’histoire de l’abbaye Notre-Dame de Koutaba et son fameux café !

Paris Vox – L’abbaye Notre-Dame de Koutaba, au Cameroun est une abbaye “fille” de l’abbaye française d’Aiguebelle.

Cette dernière, au fil des siècles, a subi beaucoup de changements, et c’est vers 1815 que des moines décident de reprendre le flambeau pour remettre à neuf l’abbaye. La communauté va rapidement se développer et fonder d’autres monastères qui sont toujours vivants, dont Koutaba. Le monastère de Koutaba se situe sur les hauts plateaux du Cameroun, dans un paysage de savane. Les frères sur place appartiennent à l’ordre cistercien de la stricte observance, un ordre contemplatif catholique ! Ces “trappistes” (c’est le surnom des moines de cet ordre !) sont notamment connus pour leur café pur arabica. Étonnant pour un travail monastique, non ? Allez, suivez-nous dans la découverte de cette si jeune abbaye !

Les origines de de l’abbaye de Koutaba en 2 mn

Comme nous le disions en introduction, la communauté de Koutaba vient à l’origine de l’abbaye d’Aiguebelle, une abbaye française fondée en 1137 en Provence. Après des siècles de vie paisible, l’abbaye d’Aiguebelle va subir de nombreuses difficultés à partir du XIVème siècle telles que la guerre de Cent Ans, la peste noire ainsi qu’une chute de vocations. Des années plus tard, au moment de la Révolution française, les moines sont même dispersés et ne sont plus que trois au sein du monastère. L’abbaye est finalement pillée et vendue comme bien national… triste sort !

Ce n’est qu’en 1815 qu’un groupe de moines trappistes de l’abbaye de Soligny-la-Trappe (en Normandie) vient relancer l’abbaye d’Aiguebelle. Et c’est dans la lignée de cette reprise qui fonctionne bien que, dès 1951, l’abbaye d’Aiguebelle décider d’envoyer des moines au Cameroun pour fonder un nouveau monastère !

Les moines trappistes enchaînent alors les déménagements ! Ils s’installent d’abord à Minlaba, au sud du pays, mais font malheureusement face à trop de difficultés. Finalement, en 1968, ils arrivent à Koutaba, dans l’ouest du pays, à 1200 mètres d’altitude, et décident enfin de poser leurs valises.

C’est ici qu’ils trouvent alors une ancienne plantation de café, en très mauvais état, qu’ils décident de restaurer pour gagner leur vie. Ils remettent ainsi les machines en route, et c’est   parti !

Par la suite, en 1987, la communauté devient autonome, possédant même sa propre église et de nouveaux bâtiments : ce n’est plus un monastère, mais bien une abbaye, possédant son propre père abbé. Génial !

Quelle est la la situation de l’abbaye aujourd’hui ?

La communauté de l’abbaye de Koutaba compte 21 moines aujourd’hui, majoritairement originaires du Cameroun, ce qui est bon signe pour une fondation, preuve que ça “prend” localement. Certains viennent de France, d’autres viennent de pays voisins. Les frères suivent la règle de saint Benoît et partagent leurs journées entre prière et travail manuel.

Tous les jours, les frères suivent ainsi huit offices dont le premier est à 3h30 le matin ! Côté liturgie, la communauté de Koutaba a une certaine originalité, qui tient au mélange entre liturgie cistercienne et traditions africaines ! Pendant les offices, certains chants sont en langue africaine, accompagnés d’instruments locaux. Les complies sont par exemple accompagnées d’un tam-tam, et pour certaines fêtes liturgiques, il y a même parfois des danses locales !

Côté travail manuel, pour gagner leur vie, la fabrication du café est leur activité la plus reconnue, mais ils ont aussi un potager, une bananeraie et un millier d’arbres fruitiers !

 

Koutou

La communauté suit huit offices quotidiennement au sein du monastère © O.C.S.O

Un café exclusivement produit sur place !

Etant donné que les moines se sont installés dans les hauteurs camerounaises, ils peuvent produire du café pur arabica, une production unique dans le paysage de l’artisanat monastique ! Les moines cueillent les grains à la main, les sélectionnent avec soin, les

lavent, et les transforment. Une petite usine de torréfaction est même sur place ! Bref, tout le processus de fabrication est entre les mains des moines « du germoir jusqu’à la tasse » comme le dit si bien le Père Georges !

Côté dégustation, le café de Koutaba est très doux et fruité. Il est distribué par les frères sur le marché local, pour une petite partie, et envoyé en France pour la majeure partie. C’est ensuite l’abbaye d’Aiguebelle (“abbaye-mère” de Koutaba) qui prend le relais pour la distribution en France !

Koutou

Le café pur arabica de Koutaba © – Divine Box

 

Et pour acheter le café de l’abbaye de Koutaba ?

On imagine que visiter l’abbaye de Koutaba serait un peu fastidieux pour vous (dommage, vous auriez pu le découvrir et le goûter en direct !), mais vous pouvez cliquer ici pour acheter en ligne le café de l’abbaye de Koutaba. Ou cliquez là pour plus de choix de produits monastiques.