Saint-Prix(95) : l’adjointe au maire accusée d’escroquerie à la sécurité sociale

Saint-Prix(95) : l’adjointe au maire accusée d’escroquerie à la sécurité sociale

Paris Vox – Honorine Ngo Djob, 56 ans, adjointe au maire chargée des seniors et de la santé est poursuivie pour escroquerie suite à une plainte de la CPAM.

L’élue et l’infirmière qui lui a succédé au cabinet de Sarcelles sont soupçonnées  d’avoir escroqué la CPAM pour un montant  estimé entre 500 000 et 700 000 euros. Les faits se seraient déroulés entre 2015 et 2017. Le parquet a requis à leur encontre un an de prison ferme et l’interdiction définitive d’exercer.

Les deux accusées ont comparu hier devant le tribunal correctionnel de Pontoise à l’issue d’une enquête de la sûreté départementale.

L’escroquerie était basée sur diverses méthodes  : soins diurnes facturés au tarif de nuit, soins prodigués en semaine mais facturées  comme réalisés un dimanche, soins imaginaires, déplacements inexistants, ordonnances falsifiées… etc.

Par ailleurs, les infirmières auraient employé des remplaçants sans les déclarer à l’Agence régionale de santé (ARS), tout en continuant à travailler.

Les accusées ont tenté de se défendre en parlant d’un «  engrenage  » qu’elles n’auraient pas contrôlé mais qui leur permettait tout de même de s’assurer entre 6000 et 8000 euros de revenus par mois.