Benjamin Griveaux va conseiller les jeunes sur leur alimentation

Benjamin Griveaux va conseiller les jeunes sur leur alimentation

Paris Vox – L’ancien ministre exhibitionniste, désormais  député (REM) de Paris, a été nommé « parlementaire en mission sur les moyens d’assurer aux jeunes une meilleure alimentation accessible à tous ».

Cette mission doit s’attaquer à «  la question de l’égalité des chances, qui passe aussi par l’assiette  », et concernera, entre autres, les enfants «  issus des milieux populaires ou défavorisés  ».

Selon, Gilles Toulemonde, maître de conférences en droit public à l’université de Lille, «  les parlementaires en mission peuvent être considérés comme des agents du gouvernement  ».

Avec  54 nominations à ce titre, le gouvernement d’Édouard Philippe avait battu le record établi jusqu’ici par Manuel Valls. Une pratique qui trouble encore un peu plus le principe de «  séparation des pouvoirs  »…

Selon le Conseil d’État, la mission temporaire confiée par le Gouvernement s’analyse en une « mission administrative dont un parlementaire se trouve temporairement investi » car « le Premier ministre charge un parlementaire d’une mission que celui-ci doit accomplir auprès d’une administration ou en son sein  ».

D’un point de vue matériel, le parlementaire est généralement assisté de fonctionnaires mis à disposition par un ministère ou un corps d’inspection. Traditionnellement, le parlementaire en reçoit pas de rémunération supplémentaire mais peut voir un certain nombre de frais pris en charge.

Les rapports finaux de mission remis au Premier Ministre sont publiés ou non, à la discrétion de celui-ci.

Si la mission parlementaire est prolongée au-delà d e6 mois, le parlementaire doit abandonner son mandat pour continuer à accomplir celle-ci. Il est alors remplacé par son suppléant. Ce mode de remplacement fait dire aux opposants à cette pratique qu’elle conduit à des désignations qui ne présentent qu’une finalité électorale. En effet, la nomination d’un parlementaire en mission permet donc une sortie honorable de l’hémicycle, tout en protégeant la majorité d’une élection partielle souvent très incertaine.

Né en décembre 1977,  Benjamin Griveaux est diplômé de l’Institut d’études politiques de Paris et de l’Ecole des hautes études commerciales (HEC).