Monastère de Thiais (94) : l’histoire de la communauté des annonciades de 1502 à aujourd’hui !

Monastère de Thiais (94) : l’histoire de la communauté des annonciades de 1502 à aujourd’hui !

Paris Vox – Une communauté religieuse fondée par une princesse, en voilà une drôle d’histoire ! Et pourtant elle existe, et c’est celle de l’Annonciade, une communauté qui puise sa règle de vie sur les dix vertus de la Vierge Marie.

Après leur fondation en 1502 et leur exil suite aux lois anticléricales françaises en 1904, les annonciades reprennent vie doucement et s’installent notamment au monastère de Thiais en 1926. Divine Box vous fait découvrir cette communauté des annonciades de Thiais (94) : leur fondation, leur histoire, et même celle de leurs délicieux produits artisanaux !

La nouvelle chapelle en construction du monastère de l’Annonciade de Thiais.

Une fondatrice déterminée

L’ordre de l’annonciade fut fondée par une princesse ! Du haut de ses cinq ans, sainte Jeanne de France, fille du roi Louis XI, reçoit en 1469 une vision de la Vierge, l’invitant à fonder un ordre en son honneur. Cependant, les événements prennent une autre tournure et Jeanne est mariée à l’âge de douze ans. Il lui faudra attendre d’être répudiée pour fonder en 1502 à Bourges “l’Ordre de la Vierge Marie”, aussi connu sous le nom d’ “Annonciade”.

Mais établir un ordre peut s’avérer compliqué ! Pour établir quelles règles suivre, quel rythme observer, quelle orientation spirituelle donner à l’ordre etc…, il faut être bien guidé ! Jeanne se confie alors à son confesseur, le franciscain Gabriel-Maria qui rédige lui même la règle de l’Annonciade. Son idée est simple : les soeurs devront :

  • chercher Dieu
  • en marchant dans les pas de la Vierge
  • en imitant les dix vertus de la Vierge évoquées dans la Bible

Le pape approuve officiellement la règle en 1517 : l’Annonciade est lancée. En avant, toute !

Sainte Jeanne de France (Mariage Mystique – École de Rubens)

L’incroyable épopée des soeurs

L’ordre de l’Annonciade croît et s’étend rapidement en France et en Europe, mais il doit également faire face aux conflits de son époque. Parmis les plus désastreux, les guerres de Religion au XVIe siècle, la guerre de Trente Ans au XVIIe siècle et, bien sûr, la Révolution ! Suite à cette dernière, plus de mille “annonciades” subissent un triste sort, allant de l’exil à la guillotine en passant par la prison…

Mais heureusement, après la Révolution, deux anciennes soeurs, déterminées comme jamais, ouvrent de nouveau une communauté et un pensionnat en France. Malheureusement, à peine un siècle plus tard, sévissent les lois anticléricales en 1904… L’exil est de nouveau inévitable.

Le temps fait son oeuvre et les annonciades sont de retour en France en 1922 et s’installent définitivement à Thiais en région parisienne en 1926 ! Enfin, on y est…

Les soeurs rayonnent

Le monastère de Thiais grandit rapidement aussi bien sur le plan humain, avec de l’entrée de nouvelles soeurs, que sur le plan spirituel, avec un rayonnement certain !Cela se confirme à partir des années 1970, où de nouvelles fondations voient le jour :

  • à Saint-Doulchard, en Normandie, en 1988
  • à Menton, dans les Alpes-de-Haute-Provence en 2000
  • et même en Pologne en 2009. “Wielki” ! (ça veut dire génial en polonais)

La communauté des soeurs du monastère de Thiais.

Les annonciades nous régalent !

Aujourd’hui, trente-deux annonciades vivent au monastère de Thiais. Leurs journées débutent par le premier des cinq offices quotidiens, à 7h, puis se poursuivent par un intense rythme de travail.

Outre les travaux habituels de toute communauté religieuse (cuisine, ménage, hôtellerie etc…), les soeurs ont à coeur de conserver un artisanat monastique manuel. Et c’est notamment dans leur petit atelier que les soeurs produisent à la main, et sans colorant ni conservateur  :

  • des crackers salés (thym, parmesan, paprika…)
  • des biscuits sucrés (fleur d’oranger, aux amandes…)
  • des confitures (ananas, banane-chocolat, pamplemousse-orange-citron …)

Cet artisanat est une des sources principales de revenu pour les soeurs de Thiais. Vous pouvez aller sur place pour leur rendre visite (Monastère de l’Annonciade, 38 rue Jean François Marmontel, 94320 Thiais), ou bien cliquez ici pour acheter en ligne les produits du monastère de Thiais.

Une soeur de Thiais travaillant à la biscuiterie.

Zoom sur l’habit marial du monastère de Thiais

Si vous passez à Thiais, ou dans tout autre monastère d’Annonciade (il y en a 8 !), vous pourrez jeter un coup d’oeil à la tenue vestimentaire des soeurs (appelée “habit” dans le langage monastique). Leur habit est reconnaissable entre mille :

  • La tunique est grise, ce qui rappelle la pauvreté et la pénitence
  • Le scapulaire est rouge, évoquant la passion du Christ
  • Le manteau est blanc, signe de pureté
  • La médaille représente la Vierge à l’enfant
  • La corde à dix noeuds fait écho aux dix vertus de la Vierge

Habit des annonciades du monastère de Thiais.