Quoi de neuf ? Le moyen-âge !

Quoi de neuf ? Le moyen-âge !

Paris Vox – L’Institut Iliade et les éditions de la Nouvelle Librairie s’associent pour lancer une nouvelle collection d’ouvrages baptisée «  Longue mémoire  » destinée à participer à la formation intellectuelle des jeunes européens en leur proposant des textes synthétiques sur les grandes pages ou les grands concepts de leur patrimoine commun. Premier opus disponible  : «  Economie médiévale et société féodale. Un temps de renouveau pour l’Europe.  » rédigé par le jeune et brillant économiste Guillaume Travers, déjà auteur d’une cinglante réfutation des thèses de Thomas Piketty.

Ce petit livre (72 pages) – dense, concis et accessible – est grand par les enseignements qu’on peut en tirer et les pistes de réflexion qu’il dessine.

Brossant un panorama historique de l’économie féodale, l’auteur nous montre combien ce système, loin des caricatures qui ont pu en être faites, peut aujourd’hui être une source d’inspiration pour tous ceux qui cherchent des alternatives concrètes à la mondialisation libérale et à la toute puissance du marché anonyme.

En effet, l’économie féodale est en rupture totale avec la vision économique moderne. Fortement territorialisée, elle est totalement imbriquée à la vie communautaires et soumise aux règles spécifiques de celle-ci, dans le but de servir le Bien Commun. Au Moyen-âge, l’économie n’est pas une fin mais un moyen, et ses éventuels bénéfices sont mis au service de causes et de réalisations collectives, communautaires ou religieuses, telles que l’édification d’églises ou de cathédrales.

Interdisant l’usure, basée essentiellement sur la logique des devoirs réciproques («  don/contre-don) et de la parole donnée, elle n’est imaginable que dans une société homogène, unie par des valeurs et une éthique communes.

S’appuyant sur le études les plus sérieuses et les plus récentes, l’auteur démontre ainsi que le moyen-âge, contrairement aux assertions des légendes noires qui l’ont souvent entouré, fût une période de reconstruction, de renouveau et d’équilibre dont il ne serait peut-être pas vain de s’inspirer si l’on ne veut pas que le « monde d’après » la crise que nous connaissons soit encore pire que celui précédent celle-ci…

«  Economie médiévale et société féodale. Un temps de renouveau pour l’Europe.  », Guillaume Travers, Editions Iliade/Nouvelle Librairie, 2020, 72 pages, 7 euros.

moyen-âge