Versailles (78) : la police tombe dans une embuscade

Versailles (78) : la police tombe dans une embuscade

Paris Vox – Même Versailles la bourgeoise n’est pas épargné par la flambée de violences qui se répand ces derniers jours – et surtout ces dernières nuits – dans les cités franciliennes. En effet, une patrouille de police y est tombée dans un véritables guet-apens tendu par des bandes du quartier de Jussieu.

C’est peu après minuit que la police est appelée par des riverains qui ont signalé une bande de «  jeunes  » déplacer un bloc de béton et allumer un feu de poubelle dans l’allée Hector-Berlioz. C’est la BAC qui arrive en premier sur les et se voient immédiatement attaqués à coups de mortiers de feux d’artifices.

Un des policiers pris à partie ne parvient pas à se réfugier dans la voiture et se retrouve seul sous le feu des assaillants plusieurs minutes avant d’être récupéré par ses collègues. Ceux-ci appellent alors des renforts ainsi que les pompiers car une voiture et une container de poubelle ont été incendiés par les voyous.

Ce sont quatre patrouilles qui seront nécessaires pour sécuriser le travail des pompiers.

Aucun suspect n’a été interpellé.

C’est ce genre d’acte de guérilla que la presse «  mainstream  » appelle des «  tensions  ».

Des incidents de ce type ont été signalés dans 5 autres villes du département.

Une situation qui ne risque pas de s’améliorer puisque les forces de l’ordre recoivent des consignes de ne « pas aller au contact » des émeutiers.

En effet, durant la nuit de mercredi à jeudi, la salle de commandement de la préfecture de police a lancé une instruction à toutes les troupes d’Ile-de-France : « Suite aux phénomènes récents de violence urbaine sur l’ensemble de la région parisienne, une certaine prudence est à prendre en compte de la part des effectifs de voie publique. Il y a lieu d’éviter tout contact avec les perturbateurs sur les interventions ne représentant pas de danger ou de propagation d’incendie afin d’éviter d’avoir des fonctionnaires blessés. Il y a lieu de faire un usage raisonnable et raisonné de l’armement collectif  ».

On a connu la hiérarchie policière autrement plus véhémente et offensive quand il s’agissait de casser du Gilet Jaune….