Covid-19 en Seine-Saint-Denis : entre déni et victimisation

Covid-19 en Seine-Saint-Denis : entre déni et victimisation

Paris Vox -Libération publie ce jour une tribune cosignée par plusieurs députés de Seine-Saint-Denis. Les signataires sont tous issus des rangs de la gauche radicale française, soit de la France Insoumise, soit du Parti Communiste, à savoir : Clémentine Autain, Eric Coquerel, Marie-George Buffet, Alexis Corbière, Sabine Rubin, Bastien Lachaud, Stéphane Peu.

Le constat de ces députés est simple, si le 93 connait un haut taux de mort du Covid-19, c’est que le département est sous-équipé et abandonné par l’Etat. C’est le postulat de base de ces députés qui ne voient qu’à travers ce prisme ce département forcément “victime”. 

Aucun mot  dans cette tribune pour dénoncer la délinquance, l’irresponsabilité et l’incivilité qui sont également des causes de cet “surmortalité”.. Certains liront même un lot d’excuses dans cette phrase :

Nous regrettons que des reportages pointent du doigt les populations du 93 comme, décidément, incapables de respecter les règles de la République, alors même que c’est la République qui ne tient pas sa promesse d’égalité…

Le réel étant têtu, les victimes de rupture d’égalité se sont manifestés hier à Montfermeil. 

Bataille rangée entre cités à Montfermeil

On peut également penser aux pompiers et policiers caillassés à plusieurs reprises dans les cités d’IDF.

La tribune n’aborde pas non plus l’immigration clandestine qui alourdit bien des problèmes dans le département. Un rapport parlementaire cité dans le Figaro considérait que les clandestins pourraient représenter jusqu’à un cinquième de la population globale du 93. Ces députés ont d’ailleurs un rôle dans l’arrivée de ces personnes par leurs discours sans frontiéristes. 

Les élus ne semblent pas s’interroger sur la gestion des villes et du département 93. Nombreuses sont les villes aux mains de leurs camarades politiques… Au lieu de ça, ils ont un remède, toujours le même, l’Etat doit lancer un nouveau grand plan d’investissements à destination du département. Ils estiment même que le département peut devenir “un atout dans la reconstruction” de l’après crise sanitaire. Au vue de la sécession dans certains quartiers, on se demande bien comment…

Ces députés semblent en fait soigner ici leur électorat plus que chercher à trouver de véritables solutions. De l’argent déversées dans le 93, il y en a eu beaucoup depuis des années, peut-être qu’il faudrait cesser les subventions et emplois clientélistes pour les consacrer aux vraies infrastructures indispensables…

NB : Il ne s’agit pas de penser que les gens actuellement malades ou morts seraient tous coupables de négligence. Il est vrai que de nombreuses personnes vivant dans le 93 sont obligées de continuer à travailler actuellement. Les quais bondés de RER le matin indiquent bien que ces habitants ne vont pas se promener mais au contraire travailler.