L’Alvarium fête ses trois ans !

L’Alvarium fête ses trois ans !

Paris Vox – Communauté militante enracinée à Angers, l’Alvarium souffle sa troisième bougie. Nous les avons rencontrés à cette occasion pour faire le point sur leur engagement et leurs activités.

  • Pourriez-vous brièvement présenter l’Alvarium ?

L’Alvarium est un serment que nous fîmes après avoir rencontré nos camarades transalpins : construire une contre-société conforme à notre vision du monde et le poétiser par notre action et nos sacrifices.
Plus factuellement, c’est une communauté de militants à la confluence entre les doctrines nationalistes et le catholicisme social. Avec un centre d’action sociale et culturelle basé à Angers, nous agissons au quotidien dans de nombreux domaines ; aide aux plus démunis, conférences, formation et action politique, bibliothèque, activités sportives, découverte et défense du patrimoine, soutien aux chrétiens arméniens, potager communautaire, cercle culinaire, discussions autour de films, soutien scolaire etc. Nous voulons bâtir quand tout s’écroule, et agir partout où l’État a failli ou a laissé le monopole au gauchisme culturel.
A cet égard nous avons parfois bien réussi puisque -signe des temps ?- l’extrême-gauche locale en vient à copier certaines de nos initiatives : potager, cinéma militant, cours de soutien, cuisine etc.

– Comment sont reçues les nombreuses actions sociales, que ce soit par les nécessiteux, les habitants et les officiels ?

Les gens dans le besoin apprécient l’action sociale, d’où qu’elle vienne. Nous sommes connus comme le loup blanc auprès des SDF ou de bien des gens dans la précarité. Mais cela ne nous fait pas oublier que nous ne sommes qu’une goutte d’eau devant l’ampleur de la misère sociale et spirituelle de ce pays.
Les officiels (journalistes ou maçonnerie municipale) ont longtemps nié tout bonnement notre action sociale. Aujourd’hui c’est un fait admis de tous, ils se contentent de la caricaturer, de nous prêter des arrières-pensées plus ou moins farfelues ; ce ne serait qu’une vitrine, un vernis pour diffuser un message nauséabond.
Les habitants ne sont évidemment pas imperméables à cette propagande antifasciste fomentée par des gauchistes en dread-locks et des notables plus ou moins adeptes des réunions nocturnes en tablier de peau de cochon. Cependant notre action connaît un succès grandissant auprès de plus-en-plus de gens qui finissent par se méfier des malhonnêtetés intellectuelles à notre égard ; c’est trop gros alors ça ne passe plus. Le maire lui-même s’est prêté à des diatribes grotesques à notre égard. Or comme le disait Talleyrand « tout ce qui est excessif est insignifiant ». Mais monsieur Béchu, fils d’un diacre progressiste, n’a hélas retenu du célèbre évêque défroqué que la capacité à retourner sa veste !

D’une manière générale, l’impunité des antifas (dont le local est payé par la mairie) et la mauvaise foi politico-médiatique finissent par nous attirer des sympathies inattendues.

 – L’affiche qui annonce votre anniversaire appelle à « aller à l’abordage » : vers quoi souhaitez-vous mener l’assaut ?

De tout. De la culture, des esprits, des coeurs, des institutions ; du futur. Dans le délitement généralisé, tout nous est ouvert pourvu que nous prenions la peine de nous y engouffrer.

– Comment peut-on soutenir votre communauté ? Et la rejoindre ?

En nous faisant connaître, en faisant connaître nos initiatives, en venant nous rencontrer avec la ferme volonté de servir avec efficacité et abnégation. De se changer soi-même pour mieux changer le monde. Il est aussi possible de nous soutenir en nous faisant des dons, évidemment, que ce soit financier ou matériels (vêtements, nourriture, produits d’hygiène etc.)
Mais le meilleur soutien que nous puissions avoir, c’est de voir désormais fleurir partout en France d’autres communautés ou d’autres initiatives dont le sérieux et la qualité nous laissent entrevoir la possibilité du grand sursaut national. Il émerge une génération formée et radicale qui n’abdiquera pas l’honneur d’être française.

– Un mot, pour conclure ?

Les luttes qui viennent seront âpres et les temps difficiles, mais c’est précisément parce que tout se délite que tout est possible. Il n’y a pas de limite à nos modes d’action, il n’existe ni fatalité ni plafond de verre pour nos opinions. Alors à l’abordage camarades !

Le site de la communauté : https://serviam-alvarium.fr/

Alvarium