Le Rassemblement National se penche sur la délinquance

Le Rassemblement National se penche sur la délinquance

Paris Vox – Le Rassemblement National organisait un colloque samedi 1er décembre sur la délinquance sous ses multiples aspects.


Laurent Jacobelli délégué national du Rassemblement National prend la parole samedi 1er décembre pour présenter les différents intervenants du colloque : « De la délinquance à l’ensauvagement ». Il rappelle que l’objectif de ce colloque est d’établir des cahiers d’action en vue d’établir des plans de gouvernances.

Xavier Raufer

Xavier Raufer est le premier intervenant. Le criminologue annonce d’emblée que 750 « zones » en France sont totalement hors de contrôle. Monsieur Castaner estime que seules 90 bandes sont incontrôlables sur le territoire national, Raufer rappelle que les statistiques anglaises fait état de 1000 bandes dans leur pays. De nombreux territoires sont perdus, certaines villes en Seine-Saint-Denis n’ont aucun commissariat, et difficile de savoir ce qu’il s’y passe exactement.

Selon Raufer, 8 faits sur 10 de criminalités en France proviennent des cités perdues de la République. Pourtant, la loi permettrait de régler cette situation en s’appuyant sur les injonctions pénales par exemple. Mais il faut pour cela une véritable volonté politique ce qui n’est pas le cas pour le moment, nos hommes politiques faisant souvent preuve « d’autisme » sur les questions sécuritaires.

Xavier Lemoine

Le maire de Montfermeil estime que l’action politique se situe sur le temps long. Ainsi, les premiers signes d’amélioration dans sa ville ont été observés après plus de 10 ans de travail. Il estime par ailleurs qu’il ne faut pas attendre que la justice règle tout par miracle et il faut agir également « sur le fond ». Les seuls moyens policiers ou la vidéosurveillance ne suffisent pas pour régler les problèmes de délinquance. A Montfermeil, les habitants sont impliqués en devenant des relais ou des réservistes. Surtout, il faut correctement graduer les moyens utilisés pour répondre a un problème. Des relais dans les associations ou les écoles permettent de déceler les premiers signaux de délinquance.

Il faut remonter aux causes et ne pas penser a régler seulement les conséquences. En préalable, l’amélioration de l’urbanisme, de l’architecture et de l’espace public permettent également d’améliorer la vie des habitants.

Christelle Texeira, présidente de l’association Uniformes en danger

La présidente de l’association Uniformes en danger a apporté plusieurs témoignages de membres des forces de l’ordre ou de leurs proches. Dans chacun d’entre-eux, s’exprimait le sentiment abandon des hommes en armes dans notre pays. L’inquiétude est grande également dans de nombreuses familles… Madame Texeira a interpellé par lettre le Président de la République, sans réponse pour le moment. Des doléances ont été remises aux députés En Marche. La policière conclu « après les Gilets Jaunes, demain des Gilets Bleus ? »

Laurent Obertone

L’auteur de « la France Orange Mécaniqu »e rappelle que le sentiment d’insécurité est totalement fondé. 1000 agressions gratuites ont lieu chaque jour en France. De plus, la délinquance et la criminalité sont sous-évalués dans les statistiques. On considère par exemple que seules 1 femme victime de viol sur 10 dépose plainte. Dénoncer l’insécurité vous disqualifie souvent socialement et parler d’immigration est clairement tabou. Dire « c’est de la faute de la société », pour expliquer l’insécurité est éculé et inexact.

Blaise Aldo était excusé et avait écrit une lettre destinée à l’auditoire.  Marine Le Pen a conclu la journée sur une tonalité plus politique, sans bien sûr oublier de remercier les participants.

Rediffusion vidéo du colloque

Fermer le menu