Goussainville (95) : Abdelaziz Hamida conteste être « fiché S »

Goussainville (95) : Abdelaziz Hamida conteste être « fiché S »

Paris Vox – Accusé d’être « fiché S pour islamisme radical » par le magazine l’Express, l’élu et candidat aux municipales à Goussainville Abdelaziz Hamida nie l’assertion et annonce avoir saisi la justice pour diffamation.

Abdelaziz Hamida a été élu sur la liste du maire Alain Louis (DVG) en 2014 puis est passé dans l’opposition.

Selon l’hebdomadaire, l’élu  aurait « éveillé l’attention des services de renseignement en raison de ses activités prosélytes et pour compter dans son entourage plusieurs personnes fichées pour radicalisme ».

Une affirmation difficile à vérifier, le ministère de l’Intérieur ne donnant pas d’information sur ce sujet classé « confidentiel ».

Le mis en cause nie en tout cas fermement ces affirmations. S’il revendique son statut de musulman, il déclare n’avoir aucun lien avec des personnes « radicalisées » et affirme n’avoir jamais parlé de religion dans un cadre politique « car cela relève de la vie privée et des convictions de chacun. »

Abdelaziz Hamida voit dans ces accusations une opération de déstabilisation dans l’optique des prochaines échéances municipales. le « timing » des révélations, largement reprises dans la presse, lui semble en effet ne pouvoir être anodin.

Du côté du conseil municipal, outre les soutiens de Monsieur Hamida qui crient au complot, les autres élus affirment attendre la réponse de la justice qui permettra de faire toute la clarté sur cette  affaire.

Fermer le menu