« Rugyr » contre le CETA, pas seulement contre les homards…

« Rugyr » contre le CETA, pas seulement contre les homards…

Paris Vox – (Tribunes) Pendant que chacun disserte sur les homards de De Rugy, ce qui se trame avec notamment le CETA semble bien plus inquiétant selon Jean Ernice.

La démission de François de Rugy est abondamment commentée. On peut légitimement s’émouvoir des soirées dispendieuses de l’ancien ministre de l’écologie. Malheureusement cet énième scandale dont la cinquième république a le secret fait passer totalement sous silence d’autres scandales peut-être bien graves…

La loi Avia, qui censurera à tour de bras et dont les premiers effets sont déjà visibles sur Facebook, semble déjà oubliée.

Le traité ultra-libéral de libre-échange CETA est en passe d’être ratifié. En soit, c’est bien plus grave et laissera certainement plus de traces que les agapes luxueuses de l’ancien ministre. A l’heure où l’écologie est l’un des soucis principaux de nos concitoyens, une telle ratification est contraire aux intérêts environnement aux plus d’un titre. La multiplication des transports maritimes transatlantiques ne sera pas notamment sans impact. La filière de l’élevage, déjà en mauvaise posture, sera de son côté encore plus fragilisée par les concurrence « dopée aux hormones » venue du Canada. A l’instar du Mercosur ou du Tafta, la perte de souveraineté nationale et continentale va encore s’aggraver.

A terme les multinationales deviendront seules maîtres de nos destinées, que ce soit en terme alimentaire ou sur les réseaux sociaux, plus rien ne leur échappera.

La réforme des retraites longtemps promises par les gouvernements successifs semble de son côté en passe d’aboutir. Les français seront ravis d’apprendre que le taux sera plein à partir de 64 ans contre 62 auparavant. Les arguments sur l’égalité homme-femme avancés par la majorité sont justes : demain tous égaux mais tous pauvres…

Définitivement, le régime alimentaire de de Rugy n’est pas le plus grave. La faculté – largement répandue – à ne pas servir les français mais seulement se servir soi-même ne doit pas masquer ce qui se trame en parallèle.

Jean Ernice

Fermer le menu