Le Sénat refuse d’allonger le délai légal d’IVG

Le Sénat refuse d’allonger le délai légal d’IVG

Les militants pro-avortement pensaient avoir gagné une nouvelle manche. Vendredi dernier, un amendement présenté par le Parti Socialiste et proposant d’allonger de deux semaines le délai légal d’accès à l’IVG (interruption volontaire de grossesse) était adopté par le Sénat. Cet amendement devait permettre aux femmes le souhaitant de pratiquer un avortement au bout de 14 semaines de grossesse au lieu des 12 autorisées jusqu’alors.

Seulement, tout ne s’est pas déroulé comme prévu.

La commission des Affaires Sociales, présidée par le Républicain Alain Milon demandait une deuxième délibération. Cette dernière était acceptée par le ministre de la Santé, Agnès Buzyn qui a estimé « en conscience  et en responsabilité que les conditions dans lesquelles le Sénat s’est prononcé vendredi dernier (…) n’étaient pas satisfaisantes ». Cette deuxième délibération amenait à un rejet de l’amendement par 205 voix contre 102, une majorité assez écrasante donc…

Les députés socialistes ont fortement critiqué la décision du ministre, l’accusant de s’attaquer à « l’expression démocratique ». Des attaques auxquelles la ministre a répondu de façon très brève « Sur la question de l’interruption volontaire de grossesse, je ne peux être suspectée d’aucune façon ».

Fermer le menu