Capitalisme et Bien Commun

Capitalisme et Bien Commun

Paris Vox – Le Bien Commun, mensuel de l‘Action Française, propose ce mois-ci un gros dossier sur le capitalisme.

 Au service des plus faibles

Par François Marcilhac

Actualités françaises

Entretien avec Grégor Puppinck  : Droit et libertés • 8 Entretien avec Michel Maffesoli  : la politique au temps des tribus • 10 Chronique de Stéphane Blanchonnet  : la préférence nationale • 11 Jean-Pierre Dupuy au Cercle de Flore

Politique étrangère

Massacre des Peuls, les causes d’une horreur • 14 De l’escargot zapatiste à une Révolution nationale • 15 Kiel et Tanger

Philosophie

Entretien avec Juan Asensio  : la littérature sur un baril de poudre

Dossier  : L’ennemi capitaliste

Du capitalisme, nous connaissons mieux les effets que les causes. Échanges entre les banques lombardes  ? Nécessité d’accompagner la complexification de l’économie  ? Pure invention du XIXe siècle pour participer à la réification de l’Homme au bénéfice de quelques uns  ? Les débats perdurent, et avec eux, cette conviction présentée dans le dossier  : le capitalisme est un agent mutagène.
Mais ne faut-il pas s’arrêter un instant sur le sens de notre anti-capitalisme  ? Est-ce un pur slogan, un affrontement radical de la modernité ou la prolongation des conséquences de notre anthropologie et de notre politique  ?
Le Bien Commun vous propose ses recherches  !

Économie et société

Entretien avec Thibault Mercier  : les discriminations sont-elles des inégalités naturelles  ? • 26 Actualité de Jeanne d’Arc • 27 La République part à vau-l’eau

Histoire

Un suicide collectif • 29 Entretien avec Marie-Joëlle Guillaume  : le trône et l’autel • 30 La royauté  : le métier et l’ouvrage • 31 Archéologie du transhumanisme

Nouvelle

Le retour du Roi par Frédéric Rouvillois

Revue des revues

Quillete • Rage culture • Politique Magazine

Culture

En couverture  : Le capitalisme peut-il produire du bien commun  ?
Ils vous disent  : sans le capitalisme, nous aurions le communisme. et pourtant la propriété privée fut respectée bien avant l’émergence d’un libre marché des capitaux. Ils assènent  : le capitalisme a émancipé l’homme d’une économie archaïque et pourtant l’on se prend à espérer d’une vie qui en se réduirait pas à l’exploitation d’un atome par l’autre. Ils rétorquent  : voilà les marxistes, nous répondons voici les sociaux. Ceux qui ne brisent pas les vitres pour le plaisir de les briser. Ceux qui voient dans les agences pôle emploi des compatriotes à aider et non des misérables à vilipender. Ceux qui enfin aiment que l’économie soit le fruit des foyers et non des esclaves mondialisés.

Pour acquérir ce numéro ou s’abonner, c’est par ICI !

Fermer le menu