Violences policières : un étudiant frappé dans sa résidence universitaire, l’IGPN saisie

Violences policières : un étudiant frappé dans sa résidence universitaire, l’IGPN saisie

Paris Vox – Peu visible dans les médias « mainstream », l’extrême violence de nombreuses interventions policières est largement mise en lumière et relayée par les réseaux sociaux. Dernier épisode en date, l’intervention musclée au sein d’une résidence universitaire où au moins un étudiant vivant sur place a été matraqué.

L’IGPN a ainsi été saisie après cette intervention dans la résidence universitaire installée dans l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris lors de la manifestation du 1er mai.

Sur une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux, on peut voir des policiers molestent un étudiant, lui assénant au moins un coup de matraque, à l’intérieur de cette résidence. Les faits allégués ont fait l’objet d’un signalement par le préfet Didier Lallement auprès de la « police des polices » qui a ouvert une enquête administrative.

D’après Mediapart, cet étudiant était sorti voir ce qu’il se passait en bas de la résidence, où des dizaines de manifestants étaient regroupés, mais était reparti en courant chez lui, effrayé par une charge des forces de l’ordre. Des policiers l’auraient alors pourchassé avant qu’il n’arrive à s’échapper dans la chambre d’un autre étudiant. Il n’a cependant pas porté plainte.

C’est au pied de cette résidence universitaire que des manifestants étaient venus se réfugier le 1er mai après l’utilisation massive de gaz lacrymogènes, épisode qui avait été présentée comme une «  attaque  » par le gouvernement rapidement démenti par les faits filmés et de nombreux témoignages.

Fermer le menu