Le gouvernement prépare une 35e opération évacuation des campements de clandestins à Paris

Le gouvernement prépare une 35e opération évacuation des campements de clandestins à Paris

  • Post Category:À la une

Paris Vox – Gérard Collomb, ministre de l’Intérieur, a annoncé mercredi qu’il avait demandé l’évacuation des insalubres campements d’immigrés clandestins de Paris où vivent aujourd’hui plus de 2.300 personnes. La 35e opération depuis 2015 !


Face aux “enjeux humanitaires qui ne sont plus supportables pour les Parisiens”, Gérard Collomb dit avoir demandé au préfet de police de Paris et au préfet d’Ile-de-France de “pallier cette carence” de “concevoir les modalités d’une opération” à mener “à bref délai”. Il regrette aussi le refus de la Ville de Paris de demander l’évacuation de son domaine public.

Ce sera la 35e opération de ce genre depuis 2015, avec plus de 28.000 personnes concernées au total, souligne le ministère qui ajoute, lucide, que “cette situation se répétera indéfiniment si des mesures ne sont pas prises par les autorités locales pour éviter que les campements ne se reconstituent”.

Dans un communiqué de réponse, la mairie de Paris dit “accueillir favorablement cette décision”, tout en notant qu’elle confirme “que l’Etat n’a pas besoin d’une décision de justice pour intervenir”.

Alors que la capitale est saturée et que l’insécurité est grandissante tant à Paris que dans toutes les zones à forte concentration de clandestins tel Calais, le communique ajoute que “au-delà de la résorption des campements existants, il est essentiel que l’Etat mette également en place des dispositifs pérennes et fluides d’accueil et de prise en charge des migrants qui arrivent à Paris et dans l’ensemble de la France”.

Les immigrés clandestins se concentrent le long des canaux Saint-Martin et Saint-Denis à Paris dans des campements où règne la violence.

Quelque 40 % des demandeurs d’asile se retrouvent en Ile-de-France, la ville de Paris ne comptant que 2 % des places d’hébergement et les personnes évacuées l’étant vers la périphérie parisienne ou les départements voisins, explique le ministère de l’Intérieur.

La question de l’accueil des personnes résidentes illégalement sur le territoire national et de leurs campements sauvages est un sujet de tension récurrent entre politiques. C’est aussi un calvaire pour les Français a qui sont confrontés aux migrants clandestins au quotidien.