Visite au Mondial du Tatouage

Visite au Mondial du Tatouage

Paris Vox – Le mondial du tatouage de Paris était de retour pour trois  jours entièrement (9,10,11 mars) consacrés à cet « art » très à la mode. Il se tenait, comme les dernières éditions, dans la Grande Halle de la Villette.


Le tatouage est devenu populaire et n’est plus « mal considéré » comme cela a été le cas pendant des années. Un jeune français sur deux serait aujourd’hui tatoué. On ressent bien cette évolution au détour des allées. La population venue ici est assez diversifiée et de tous âges. 

tatouage

Plus de 420 tatoueurs sont présents, avec chacun sa patte, son style, bref son histoire ! Si les émissions télévisés ont popularisé la culture du tatouage, celles-ci négligent bien souvent des parts entières de l’art du tatouage. Au mondial, au contraire, rien n’est occulté.

On peut assister à la création du tatouage de A à Z, le dessin, la préparation du calque, la préparation du corps, l’application du calque, puis enfin le tatouage lui même, le contour et le remplissage ensuite.

Mais surtout on aperçoit certaines difficultés liées à ce métier. L’exigence de qualité artistique n’occulte pas celle  mais, moins « rock’n’roll » mais pourtant indispensable, de l’hygiène. On peut voir que cette question est en effet centrale. Chaque stand est équipé d’aiguilles ou de matériel à usage unique. Tout est filmé et désinfecté. Des poubelles sont réservées spécialement pour les déchets liés au tatouage et d’autres spécialement dédiées aux aiguilles. Si cela peut paraitre normal, il convient de rappeler que certaines officines de tatouages sont parfois moins sourcilleuses sur l’hygiène, un véritable artiste ne transige pas avec ces principes. 

tatouage

L’art est partout ici, sur certains corps, dans les tableaux qui décorent le salon ou encore dans des Harley laissées à la décoration par des artistes, une idée qui aurait certainement plu à Johnny Hallyday !

tatouage

Sur la scène principale, celle même où se tiennent plusieurs concerts le temps de la convention, passent des dizaines de candidats pour les concours de meilleurs tatouages. Filip Leu, Bill Salmon, Luke Atkinson, Kari Barba, et Mark Mahoney composent le prestigieux jury chargé de récompenser les plus belles pièces.

Tin-Tin, maître en son royaume, dédicace l’ouvrage consacré à la convention de tatouage parisienne, de nombreuses personnes font la queue pour cette signature, autant des amateurs éclairés que des artistes.

Les allées ont été repensées par rapport à l’année dernière, l’ensemble des artistes traditionnels sont réunis en sous-sol. Cela permet de voir que le tatouage n’est pas qu’électrique !

L’offre de restauration toujours aussi complète ravi les papilles des visiteurs. Parlons un instant de ces derniers, venus en nombre, certains sont tatoués de la tête aux pieds, d’autres en revanche viennent pour mieux connaitre le tatouage ou dissiper certaines craintes.

D’avis de visiteurs comme de tatoueurs, l’édition 2018 était particulièrement réussie, à l’an prochain !

 

Fermer le menu