Yves Saint-Laurent privatise les fontaines du Trocadéro pour un défilé

Yves Saint-Laurent privatise les fontaines du Trocadéro pour un défilé

Paris Vox – Mardi prochain à 20 heures, les fontaines du Trocadéro vibreront aux sons du défilé Yves Saint Laurent. C’est le lieu qu’a choisi la maison de haute couture pour présenter sa collection femmes hiver 2018-2019. Depuis le 12 février, un important chantier s’est mis en place sur l’un des sites les plus touristiques de la capitale  : une immense boite illuminée installée pour accueillir le défilé.


Pour la location du site, la maison Saint-Laurent a du débourser 400 000€. Un tarif fixé par la Mairie de Paris et qui constitue pour la municipalité endettée une source de revenus non négligeable. Il y a quelques semaines c’est Louis Vuitton qui occupait le jardin du palais royal, alors qu’une nouvelle scène est en cours d’installation dans la cour carrée du Louvre. La Fashion Week ayant lieu la semaine prochaine, l’ensemble de la ville de Paris se prépare donc à accueillir l’un des événements principaux de la mode au monde.

Toutefois ces installations ne sont pas au goût de tout le monde. Beaucoup de touristes, notamment, se sentent lésés, privés d’une des plus célèbres vues de Paris. Alexandre Gady, de son côté, président de la Sppef (association pour la protection des paysages et de l’esthétique de la France) affirme ainsi dans les colonnes du Parisien  : « Tout ça, c’est l’intérêt du business. Paris ressemble petit à petit à un vaste parc des expositions. C’est une forme de captation de l’espace public. Ce sont autant de lieux partagés qui deviennent des espaces privatisés. Il devrait y avoir des limites à ce procédé. D’autant plus qu’ils créent souvent dans des lieux prestigieux des chapiteaux totalement fermés. » Des limites existent déjà  : les événements privés non commerciaux ne sont pas autorisés et le préfet ainsi que les maires d’arrondissement doivent donner leur aval.

La « boite » de Saint-Laurent sera en place sur les fontaines du Trocadéro jusqu’au 5 mars. 22 jours d’occupation pour une dizaine de minutes de défilé donc…

Fermer le menu