Voies sur berges : le tribunal administratif annule la fermeture à la circulation

Voies sur berges : le tribunal administratif annule la fermeture à la circulation

Paris Vox – La piétonnisation des voies sur berges annulée par le tribunal administratif de Paris.


Sale temps pour la mairie de Paris… La justice n’est décidément pas la meilleure alliée de la politique municipale. Il y a quelques jours la justice dénonçait le contrat de panneaux publicitaires. Aujourd’hui, la justice annule la piétonnisation des voies sur berges.

C’est par un communiqué limpide que le tribunal administratif explique la situation :

“Par un jugement du 21 février 2018, le tribunal administratif de Paris annule la délibération du 26 septembre 2016 du Conseil de Paris déclarant l’intérêt général de l’opération d’aménagement des berges de la rive droite de la Seine. Il annule également l’arrêté du 18 octobre 2016 de la maire de Paris créant une promenade publique sur l’emplacement de la voie Georges Pompidou”

Cette décision, qui est tombée il y a quelques jours, n’a eu aucun impact immédiat sur les voies qui demeurent piétonnes pour le moment. Anne Hidalgo et son équipe municipale ont fait appel de cette décision de justice : “Avec mon équipe, nous avons décidé de faire appel de cette décision et de prendre sans attendre un nouvel arrêté de piétonnisation”

Ce nouvel arrêté prive toujours les automobilistes de l’accès aux rives de Seine. 

Quelless réactions ?

Si nombreux sont les parisiens de l’hypercentre à s’indigner de cette décision de justice, on peut constater que les banlieusards, accablés par les embouteillages, ont souvent une réaction positive inverse.

Du côté municipal on soutient Hidalgo, même chose du côté gouvernemental, ainsi Brune Poirson, secrétaire d’Etat rattachée au ministère de la Transition écologique a déclaré  « Anne Hidalgo, quand elle prend des mesures contre la pollution de l’air (…), rencontre un écho plus que favorable du côté du gouvernement »

Valérie Pécresse enjoint la Mairie de Paris d’entamer une phase de concertation : “le tribunal confirme les « inexactitudes, omissions & insuffisances » de l’étude d’impact sur pollution de l’air, embouteillages & nuisances sonores causés par la fermeture. Paris doit engager enfin une vraie concertation -qui a fait défaut- nous y sommes prêts !”

Le FN Paris appelle de son côté à une réouverture immédiate des voies aux automobiles dans une affaire où la mairie s’est gravement discréditée :

 

Fermer le menu

Chroniques
Une fin du monde sans importance