Jawad, ton univers impitoyable !

Jawad, ton univers impitoyable !

Paris Vox (Tribune) – La sentence pour Jawad Bendaoud est tombée : relaxe. Une décision polémique qui fait réagir Jean Ernice. 


Difficile de savoir si Bendaoud savait réellement qui il logeait. Visiblement, l’accusation  n’en n’a pas apporté la preuve. Dont acte. Je ne pousserai pas le vice à imaginer quelle décision aurait pris la justice dans le cas d’une situation similaire impliquant des membres de la mouvance identitaire ou nationale.

Le procès a, semble-t-il, été digne d’une série B.

Que pouvait-on attendre d’autre de ce jeune homme ? Pas grand-chose sans doute… De deux choses l’une : soit on a affaire là à un imbécile heureux, soit à un maître de la taqiya. Dans tous les cas, cette relaxe judiciaire passera mal. Car s’il y a des accusés, il y a surtout des victimes.

On a beaucoup oublié les familles de victimes. Et les victimes elles-mêmes, et les survivants du Bataclan dont on parle peu et qui seront marqués à vie.

Chacune de ces personnes vit son drame à sa façon. Et ce n’est pas aux autres de commenter ces souffrances indélébiles.

Et Jawad ?

Prenez une respiration. Et imaginez, juin 2023, Cannes, son festival et la montée des marches. Un film fait beaucoup parler : “Moi, Jawad,  citoyen français, ma vie est brisée”. Le scénario commence par son arrestation en quasi mondovision. Elle avait tant marqué les esprits. Son passage en cellule où il est maltraité par des matons à demi nazi tire une larme. Mais il s’accroche en cellule où on le voit se préparer physiquement afin de rester solide mentalement. Par la suite, ses arguments à la barre qui auront nourri bien des gazettes et des chroniques sont les moments drôle du film. Car le retour à la réalité est violent.

Les rêves de tranquillité de notre héros sont évanouis. Qui voudrait embaucher une pareille personne ? Même s’il devenait chauffeur de VTC ou encore livreur de plats chinois, il serait raillé par les clients.

Il traîne avec lui cette affaire comme un boulet, on oublierait presque le pedigree du jeune homme. Car c’est lourd :condamnation à 8 ans de prison pour avoir tué à coups de hachoir un de ses amis âgé alors de 16 ans. Il fut relâché au bout de 5 années pour bonne conduite. On dénombre également une quinzaine de condamnations pour trafic de drogue, détention d’armes, violences aggravées en réunion…
Mais qu’on l’accuse de collusion avec Daesh c’est trop. Ce film pourrait très bien exister. Et votre devoir serait alors de l’aimer…

J’entends que le parquet a fait appel. De la réponse de cet appel dépend un futur chef d’œuvre du cinéma français…

Jean Ernice
Fermer le menu