La Commission des lois du Sénat critique la politique migratoire du gouvernement

La Commission des lois du Sénat critique la politique migratoire du gouvernement

Paris Vox – Selon la commission des lois du Sénat, le gouvernement sera incapable d’atteindre les objectifs fixés par Emmanuel Macron en matière d’éloignement (expulsions) des immigrés clandestins.


Les sénateurs soulignent que dans la loi de finances pour 2018 seuls 14 500 éloignements forcés sont budgétés, soit un chiffre inférieur à celui des années de mandat de François Hollande alors que la situation migratoire a explosé.

Dans son rapport de 60 pages, la commission met en évidence l’abîme existant entre le discours du président Macron sur ce sujet sensible et la réalité des moyens affectés. Ainsi, alors qu’Emmanuel Macron affirme vouloir « expulser les étrangers en situation irrégulière autant commis un délit », les moyens pour transformer cette promesse en réalité ne sont absolument pas prévus.

Selon le rapport, 92 076 mesures d’éloignement ont été prononcées en 2016 et seules 18 % d’entre elles ont été  effectivement exécutées, soit par un éloignement spontané, soit par un éloignement aidé, soit par un éloignement forcé.

On apprend  éqalement qu’en 2017, 19,30 % des étrangers placés en Centre de rétention administrative (CRA) ont été libérés dès les quarante-huit premières heures de rétention, un chiffre trois fois plus élevé que les années précédentes.

Laxisme judiciaire, manque de moyens, discours démagogiques sans conséquences réelles…  la politique d’éloignement apparaît bien comme le « parent pauvre » de la politique migratoire du gouvernement Macron/Philippe.

Fermer le menu