Des agriculteurs bloquent une partie des Champs-Élysées.

Des agriculteurs bloquent une partie des Champs-Élysées.

Paris Vox – A l’appel de plusieurs organisations syndicales paysannes, des agriculteurs ont bloqué une partie des Champs-Élysées ce matin.


À chaque jour sa manifestation à Paris, alors que jeudi 21 et samedi 23, des rassemblements contre les ordonnances sur le code du travail étaient et sont organisés ; ce vendredi 22, des agriculteurs franciliens ont bloqué une partie des Champs-Élysées en déversant de la paille et en s’asseyant dessus.

 

Ils se sont mobilisés à l’appel des organisations Jeune Agriculteurs et FNSEA Île-de-France.

La mobilisation des agriculteurs entend dénoncer certaines dispositions que souhaite prendre le gouvernement, notamment l’interdiction de certains produits  tel le glyphosate. Ce puissant désherbant est un outil indispensable, selon ces agriculteurs, à une agriculture productiviste de masse. De plus, une interdiction uniquement en France de ce produit créerait une distorsion de concurrence avec les autres pays européens.

Une délégation syndicale devrait être reçue rapidement par les services du ministère de l’agriculture. Il sera certainement question du CETA. Le CETA est un traité de libre-échange commercial entre l’Union européenne et le Canada qui prévoit la suppression des droits de douane. Ce traité permet également l’entrée sur le territoire de produits agricoles bien que ces derniers aient subi un traitement interdit en France (OGM, produits chimiques pour traiter les terres…). Le CETA est entré en vigueur le 21 septembre dans un relatif anonymat malgré la contestation de nombreuses associations.

Si la mobilisation des agriculteurs ce vendredi pour pouvoir continuer à utiliser des produits phytosanitaires peut susciter l’incompréhension chez les Français, elle doit être replacée dans un contexte de concurrence globalisée. Ce phénomène, comme d’autres, atteste de la fragilité de l’agriculture hexagonale face à l’industrie agricole mondiale sur un marché dérégulé.

L’agriculture française ne cesse de devoir se réformer depuis la fin de la seconde guerre mondiale. Les défis ont été multiples depuis cette date et alors qu’on comptait plus de 10 millions d’agriculteurs au sortir de la guerre, ils seraient moins d’un million en France actuellement. Dans un tel contexte, la mise en place de nouvelles dispositions réglementaires n’est pas toujours bien accueillie par la profession comme c’était le cas ce vendredi.

agriculteurs

Fermer le menu

Chroniques
Une fin du monde sans importance