Aubervilliers : le ras le bol des habitants

Aubervilliers : le ras le bol des habitants

Paris Vox- A Aubervilliers, les habitants des quartiers dits populaires sont au bord de la crise de nerfs. Les incivilités et la délinquance gangrènent le quotidien de la population. De plus en plus désarmés, les habitants multiplient les pétitions sur internet pour attirer l’attention des élus et des pouvoirs publics.


A Aubervilliers, les habitants  des quartiers Landy-Marcreux-Pressensé viennent de lancer une pétition :

https://www.change.org/p/les-autorités-politiques-et-policières-nous-demandons-le-retour-à-un-état-de-droit-dans-nos-quartiers-à-aubervilliers

Pour l’heure la pétition rencontre un succès d’estime avec un peu plus de 200 signataires, la mobilisation n’en n’est qu’à son début.

Nous avons interrogé la municipalité d’Aubervilliers afin de connaître sa position vis-à-vis de cette mobilisation citoyenne. Pour l’heure nous n’avons pas reçu de réponse.

Nous reproduisons ci-dessous l’intégralité du texte de la pétition :

“Nous demandons le retour à un état de droit dans nos quartiers à Aubervilliers : Landy – Marcreux – Pressensé !
Quartiers situés entre 1.5 et 3 kms environ du Stade de France et de la zone choisie pour accueillir les J.O. de Paris 2024

Nous, habitants des quartiers du Landy – Marcreux – Pressensé à Aubervilliers (93300) souhaitons alerter le plus grand nombre sur la situation extrêmement grave dans nos rues qui nous inquiète au plus haut point !
Pour ne citer que quelques exemples de ce qui se passe au pied de nos immeubles, et qui nous empoisonne la vie au quotidien et fait de nos quartiers de véritables zones de non-droit :
– des dealers de drogue font leur trafic en plein jour, au vu et su de tous ;
– des chiens d’attaque type pitbulls se promènent en liberté, sans laisse, dressés pour le combat ;
– des serpents enroulés aux poignets de leurs propriétaires (parmi lesquels : des pitons ou autres sortes de couleuvres oranges avec lequel le propriétaire s’amuse à courser ses ‘amis’ effrayés) ;
– des agressions à répétition, contre la communauté asiatique en particulier mais également, entre ‘jeunes’, à 10 sur 1, très violentes ;
– des scooters roulant à contre-sens, des Quads et autres motos de cross assourdissants, circulant à toute allure, sans casque, et faisant des ‘figures’ très dangereuses, au péril des piétons souvent obligés de marcher sur la chaussée ;
– des trottoirs rendus impraticables par la présence de barrières de chantier les condamnant, de voitures mal stationnées, de détritus et autres huiles de vidanges qui les encombrent… ;
– des enfants livrés à eux-mêmes, traînant jusqu’à 2-3 h du matin et commettant des infractions variées (vols, agression, destruction de biens…) ;
– des bornes à incendie régulièrement ouvertes avec les conséquences qu’on connaît ;
– des bruits incessants de jour comme de nuit, provenant des véhicules (klaxons, moteurs…), des personnes vociférant en pleine rue, sources de stress continu et de fatigue physique et nerveuse pouvant entraîner des conséquences irréversibles ;
– une insalubrité grandissante ;
– des forces de police refusant de se déplacer et de répondre aux appels des habitants excédés…
Tous, signataires de cette pétition, assistons à une intensification de ces incivilités et un laxisme grandissant, parallèlement à la montée de l’exaspération parmi les habitants et au désinvestissement total des autorités de police et justice !
Nos quartiers deviennent des zones de non-droit, nous ne pouvons le tolérer !
NOUS DENONCONS LE LAXISME DES AUTORITES POLITIQUES ET POLICIERES SUR NOS QUARTIERS DU LANDY-MRCREUX-PRESSENSE (93300 Aubervilliers) ET EXIGEONS UNE INTERVENTION D’URGENCE DE LEUR PART POUR RESTAURER L’ORDRE PUBLIC TANT QU’IL EN EST ENCORE TEMPS ET QU’AUCUN DRAME NE S’EST PRODUIT !
Sans quoi, nous, habitants de ces quartiers totalement délaissés par nos élus et forces de police, intenterons une action en justice pour dénoncer la non-assistance à personnes en danger par les autorités.
Il faut agir rapidement, car l’été est une période de grande activité diurne et nocturne sur le quartier, et les tensions sont déjà à leur summum !”

Fermer le menu