Gros plan sur le PSG : ça s’active en coulisse

Gros plan sur le PSG : ça s’active en coulisse


Paris Vox – Ce sont les vacances pour la plupart des joueurs du Paris Saint Germain. En coulisse les grandes manœuvres ont débuté et plusieurs arrivées et départ sont à prévoir.


Direction sportive : une arrivée et deux départs

Antero Henrique est le nouveau directeur sportif du club, le portugais a fait ses classes à Porto où il a trusté les titres en tant que directeur sportif et président adjoint.  Son arrivée a été officialisée le 2 juin, d’aucuns diront que celle-ci est tardive en vue de la préparation de la saison prochaine. A titre indicatif, l’AS Roma a nommé son nouveau directeur sportif plus d’un mois avant.

Le départ d’Olivier Létang était acté depuis plusieurs semaines. On se dirigeait initialement vers une reconversion de Patrick Kluivert qui aurait quitté la direction du football pour occuper un poste plus diplomatique (rayonnement du club à l’international par exemple). Le néerlandais a refusé cette offre et va donc quitter le club avec certainement un joli chèque à la clé…

Entraineur : stop ou encore ?

Unai Emery, qui a été conforté dans son poste à l’issue de la finale de la coupe de France, sera t’il toujours l’entraîneur du Paris Saint Germain la saison prochaine ? A priori oui, toutefois les nombreuses rumeurs qui agitent la presse sportive et la toile tendent à prouver que le club et le nouveau directeur sportif ont sondé des entraîneurs pour proposer d’entraîner les pensionnaires de la porte de Saint-Cloud. Emery n’aura ni joker et ni droit à l’erreur cette saison et pourrait quitter le club en cours de saison si les résultats obtenus ne sont pas ceux escomptés.

Budget : libéré du fair-play financier 

Le budget prévisionnel du Paris-Saint-Germain pour la saison 2017-2018 a récemment été dévoilé par Le Parisien. Et le moins que l’on puisse dire c’est qu’après trois ans de surveillance par le gendarme financier de l’UEFA (Union Européenne de Football Association), le PSG a manifestement décidé de revoir ses ambitions et ses moyens à la hausse. En effet, le fair-play financier, instauré en 2010, impose  aux clubs (avec néanmoins certaines réserves) de ne pas dépenser plus qu’ils ne gagnent. Le PSG, qui bénéficiait d’un apport financier qatari  déconnectés de ses véritables revenus, avait dû limiter ses dépenses lors des trois derniers exercices.

La surveillance de l’UEFA est terminée et le club de la capitale souhaite désormais frapper des grands coups sur le marché des transferts. On a ainsi appris que le club de la porte de Saint-Cloud a prévu 220 millions d’euros pour son mercato cet été. Une somme qu’ils ne sont pas sûrs de dépenser et qui devra être négociée dans les prochaines semaines par le nouveau directeur sportif Antero Henrique, mais qui montre la volonté des Qataris de tout mettre en œuvre pour aller enfin chercher cette Ligue des Champions qui leur échappe depuis plus de cinq années maintenant.

Joueurs : renforcement ou grand chamboulement ?

Si l’enveloppe des transferts de 220 millions d’euros avancée est exacte, le club devrait pouvoir faire venir quelques pointures. Le club a besoin au minimum d’un attaquant pour soutenir et suppléer Cavani sur le front de l’attaque, d’un défenseur central, d’un arrière gauche pour remplacer Maxwell et concurrencer Kurzawa qui peine à convaincre.

Plusieurs autres pistes de transferts seraient à l’étude, on parle notamment de recruter un nouveau gardien, les noms d’Oblak et de Donnamura circulent.

Dans le sens des départs Henrique aura fort à faire et de nombreux cas épineux à régler, on citera pêle-mêle : Ben Arfa, Jesé, Krichowiak, Sirigu…

Et Serge Aurier sera t’il toujours au club ? La question se posera évidemment pour Marco Verratti, le petit soliste italien profitant de chaque marché estival des transferts pour négocier une augmentation sous la menace d’un départ.

Crise diplomatique entre le Qatar et l’Arabie Saoudite : un impact sur le club ?

Pour l’heure au club, on indique que cette crise diplomatique n’aura aucune incidence sur le club. Des salariés que nous avons interrogés n’ont aucune crainte sur l’avenir des rouges et bleus. Pour l’heure Fly Emirates, la compagnie aérienne située à Dubaï, reste le sponsor maillot du club. Alors même que les relations diplomatiques entre les deux états sont stoppées, le sport business est-il plus fort que la politique ?

 

Fermer le menu

Chroniques
Une fin du monde sans importance