Jeux Olympiques 2024 : derrière les sourires, des vérités cachées ?

Jeux Olympiques 2024 : derrière les sourires, des vérités cachées ?

Paris Vox – La candidature de Paris à l’organisation des Jeux Olympiques de 2024 avance à bon rythme et à grand renforts de communication. Alors que le comité d’organisation est à Paris pour évaluer la candidature depuis le week-end dernier, penchons-nous sur la situation de celle-ci.


Les membres de la commission d’évaluation du Comité international olympique(CIO) visitent depuis samedi 13 mai les sites qui recevront des épreuves sportives et les athlètes en cas d’obtention par Paris des Jeux Olympiques et Paralympiques 2024.

La visite démarre au Champs de Mars puis se dirigera vers Saint-Denis qui devrait être le cœur de la candidature avec le village olympique et le stade de France qui deviendrait stade Olympique.

La mairie tente de prouver par tous les moyens que l’ensemble des franciliens font bloc derrière cette candidature, avec, lors de chaque site visité, des scènes d’enfants en liesse et des sportifs de renommée mondial pour les encadrer.

Cependant, derrière les sourires de façade et le lobbying intense des sportifs, des voix s’élèvent contre l’organisation Parisienne des J.O.

Lors de son élection en 2014, Anne Hidalgo était d’ailleurs elle-même assez rétive à une organisation parisienne des jeux. Sa position a bien changé depuis, et madame le Maire de Paris voit désormais en cette organisation une « formidable aventure ».

Le chiffrage annoncé pour l’organisation des Jeux est de 6 milliards d’euros mais d’expérience, les JO voient régulièrement leur budget exploser. Selon le magazine Capital  : « Les Jeux d’Albertville ont coûté 2 fois plus cher que prévu, ceux de Barcelone 4 fois plus, ceux de Montréal 9 fois plus, ceux d’Athènes 10 fois plus et ceux de Pékin 25 fois plus, Toutes cités comprises, le cabinet d’expertise Micrœconomix a calculé que, en moyenne, les dépassements avaient atteint 179 % depuis 1960. »

L’investissement de base prévu par les collectivités devrait être complété par des investisseurs privés qui, d’expérience, ne contribuent qu’au budget initial, le reste étant à la charge de l’état, du département ou de la commune…

La région Ile de France, par la voix de Valérie Pécresse, assure que les transports seront l’atout numéro 1 de la ville. On ose à peine imaginer les trains de banlieues et métros qui sont déjà bondés aux heures de pointe…

Par ailleurs, quel dispositif de sécurité et quel sera le coût de celui-ci  ? L’organisation du championnat d’Europe des nations de football l’été dernier aura prouvé que la France sait organiser des filtrages et des fouilles, et aucune attaque n’a été à déplorer pendant l’événement. L’attentat à Nice le 14 juillet a montré que la forte mobilisation des forces de polices et gendarmerie sur un seul « objectif » affaiblissait les autres événements.

C’est pourquoi de nombreuses voix commencent à s’élever contre l’organisation des Jeux. Une tribune a été publiée dans Libération cosignée par des professeurs et universitaires menés par Jean Marie Brohm professeur émérite de sociologie à Montpellier.

La véritable question, qui est peu posée, est peut-être : quelle est la part d’ego dans la candidature parisienne ? Madame le Maire de Paris ne privilégie-t-elle pas son ambition personnelle au détriment des finances publiques qui se creusent un peu plus à chaque budget  ? Ne souhaite-t-elle pas l’obtention des JO pour montrer qu’elle aura fait mieux que son prédécesseur  ? Dans le but de peser plus au niveau national ?

Fermer le menu