Meeting Marine Le Pen /Nicolas Dupont-Aignan à Villepinte

Meeting Marine Le Pen /Nicolas Dupont-Aignan à Villepinte

Paris Vox – Pour le premier meeting commun de Marine Le Pen et son récent partenaire – et possible futur premier-ministre – Nicolas Dupont-Aignan, c’est à Villepinte que la candidate a réuni ses partisans, au Parc des Expositions.


Venus de toute la France, ils étaient entre 10 000 et 25 000, selon les sources, à s’être déplacés pour un 1er mai assez particulier.

En effet, pour la seconde fois de l’histoire du Front National, le célèbre rendez-vous du 1er mai se déroule dans un contexte où son président est qualifié pour le second tour de l’élection présidentielle. Mais à l’inverse de 2002, ce n’est pas seul  que le candidat patriote s’exprime à la tribune. Fraîchement rallié à la candidature de Marine Le Pen, Nicolas Dupont-Aignan a en effet introduit le discours de la candidate pendant un quart d’heure, longuement acclamé par son nouvel auditoire.

J’ai choisi la France, j’ai choisi Marine”, c’est par ces mots que le président de Debout la France a su réussir son entrée en scène, avant de justifier sa position en énonçant les “dangers” du projet d’Emmanuel Macron. “Je l’ai fait en souvenir de la douleur d’une agricultrice que je connaissais, qui s’est pendue, pour les artisans et les commerçants, je l’ai fait pour ces femmes qui rentrent tard d’une journée de travail harassante, dans les transports et qui rentrent dans leur cité, la peur au ventre, pour nos enfants obligés de quitter le pays pour trouver du travail”. Nicolas Dupont-Aignan a ainsi répondu favorablement à la question qu’il se posait intérieurement “Est-ce bon pour la France ?”.

Preuve de la capacité d’ouverture du mouvement patriote de Marine Le Pen, cette alliance sonne dans les esprits comme la fin de l’ostracisme du FN sur l’échiquier politique.

Au-delà du rassemblement, le concurrent « En Marche » était également ciblé lors du discours de Marine le Pen. La candidate du FN a présenté le banquier comme le candidat installé par le système pour défendre la finance, tout droit dans la lignée de François Hollande. “Rappelez-vous du discours de François Hollande au Bourget en 2011, il disait que son ennemi était la finance, un ennemi sans visage. Aujourd’hui il a un visage !”.

Le ton était donc donné : l’heure est aujourd’hui au rassemblement des patriotes.

Le Pen
Meeting Marine Le Pen /Nicolas Dupont-Aignan à Villepinte
Fermer le menu

Chroniques
Une fin du monde sans importance