Meeting au Zénith: Marine Le Pen galvanise ses partisans - ParisVox

Meeting au Zénith : Marine Le Pen galvanise ses partisans

Paris Vox – Lundi 17 avril,  à 20h00, Marine Le Pen tenait meeting au Zénith de Paris. Poursuivant sa tournée des grands meetings électoraux, la rédaction de Paris Vox s’est donc rendue à celui de la candidate du FN.


L’accès au Zénith n’est pas des plus simples en ce lundi de Pâques.  Le parc de la Villette et les abords de la Porte de Pantin ont en effet des allures de camp retranché.

A la sortie du métro, derrière un important dispositif policier, une centaine de militants d’extrême gauche chantent et hurlent contre la tenue du rassemblement. Ils profèrent également des menaces à l’attention des personnes qui s’y rendent.

La vaste salle est longue à se remplir mais à 20h00, heure annoncée, la salle est pleine  à craquer et l’ambiance est survoltée. Les journalistes sont très nombreux, plusieurs centaines,   venus de partout, la presse française est majoritaire mais des télévisions russes, américaines et japonaises notamment ont été dépêchées.

Une première vidéo est lancée sur les écrans avec pour effet d’électriser la foule.

Le premier intervenant à monter sur scène est Franck de la Personne, l’acteur alterne ironie et discours de fond, ne manquant pas d’égratigner les autres candidats à l’élection suprême.

David Rachline prend ensuite la parole, son intervention est rythmée. La foule réagit. Le maire de Fréjus insiste sur le bon bilan des municipalités remportées par le Front National, moins d’impôts, moins de dettes, une sécurité qui s’améliore…

Le clip de campagne de Marine Le Pen lancé sur les écrans est l’annonce de la montée sur scène imminente de la candidate bleue marine.

La candidate arrivée, son discours est musclé, centré sur les thématiques de l’immigration et de la sécurité notamment.  Les partis qualifiés de « partis du système » sont hués.  Marine Le Pen tape fort sur Emmanuel Macron.  Elle veut aussi rassurer ses soutiens victimes d’ostracisme de la part des « biens pensants ».

C’est alors qu’une première Femen monte sur scène des fleurs à la main, mais elle n’aura pas le temps de se dévêtir, la sécurité l’évacuant rapidement de la salle.

Nullement perturbée, Marine Le Pen enchaîne son discours soulignant avec malice que c’est un comble que ces féministes s’en prennent à une femme – la seule femme en mesure de remporter l’élection – puis, alors qu’une seconde Femen fait irruption au milieu des caméras, elle ajoute “elle aurait dû rester à écouter,  elle aurait appris des choses !”.

L’UOIF tenait son congrès ce week-end et a acté un changement de nom en »Musulmans de France », l’occasion pour la candidate frontiste de souligner un artifice qu’est ce changement de nom, et d’appeler à la dissolution de cette association islamiste.

Dans la dernière partie de son discours Marine Le Pen a voulu rassurer les français d’origine étrangère  et les étrangers vivants en France en indiquant qu’elle n’était pas l’ennemi de ces personnes, au contraire des autres candidats qui ne voient en ces gens qu’une “chair à voter”. Son ambition à elle est de faire des « français intégraux ».

A la fin du discours, de nombreux élus montent sur scène pour entamer avec la salle une puissante Marseillaise. Des fontaines romaines et des confettis égayent la scène pour ce final qui clôt la soirée.

© ParisVox.info 2016 - Dépêche libre de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d'origine.
La renaissance du St
Alfortville : la man
Notez cet article :