Faire un don
100 000 euros de subventions pour les « Pierrots de la Nuit »

100 000 euros de subventions pour les « Pierrots de la Nuit »

Paris Vox – Le conseil Municipal de Paris a octroyé une subvention de 100 000 € au titre de l’année 2017 à l’Association de Médiation pour un Usage Optimal de la Nuit (AMUON), dite « Les Pierrots de la Nuit », sur les 300 000€ de son budget annuel. Vous aurez peut-être la chance de les croiser sur l’un de leurs parcours de « sensibilisation » des noctambules dans les quartiers Marais/Carreau du Temple, Mouffetard, Abbesses/Pigalle, Château d’Eau ou Oberkampf, seulement si la météo le permet.


Malgré les critiques, une subvention de 100 000€ a été accordée à l’AMUON, comme depuis plusieurs années; subvention oscillant entre 100 000 et 130 000€. En complément de cela, s’ajoute une redevance annuelle de 540 € pour la location d’un local vacant de 90m² appartenant au domaine public communal situé au 10 passage des Abbesses (18e) afin d’y installer ses bureaux. Une contribution non financière de 26 460 € par an est accordée à l’association au titre de la mise à disposition de ces locaux.

Créés en 2010 et lancés en 2012, les Pierrots de la Nuit, largement critiqués par l’opposition municipale, sont censés contribuer à la réduction des nuisances sonores nocturnes et jouer un rôle de médiateur entre établissements de nuit et riverains. Considérés comme « une opération-gadget coûteuse et sans effets ! » Les Pierrots de la nuit, ces drôles de clowns-médiateurs censés aller au-devant des noctambules regroupés devant les bars pour les inviter à faire moins de bruit, n’ont visiblement pas convaincu les riverains des quartiers festifs concernés. L’interdiction de la cigarette dans les bars et restaurants fait qu’il y a de plus en plus de gens dehors et, l’alcool aidant, le ton a tendance à monter.

Madame Bourguinat, représente du réseau Vivre-Paris regroupant 31 associations de quartier en réponse à l’extension incontrôlée des terrasses de café, regrette que malgré leurs multiples demandes, le travail des Pierrots de la nuit « n’a jamais fait l’objet d’une évaluation externe. Mais sur le terrain, nos adhérents constatent tous les week-ends que le dispositif des Pierrots est au mieux inutile, au pire contre-productif. » L’arrivée des comédiens grimés en Pierrots lunaires au beau milieu des groupes de noctambules qui boivent leur bière sur le trottoir passe rarement inaperçue. Elle a souvent pour effet de faire monter le volume sonore d’un ton plutôt que de ramener le calme. Les incidents sur les parcours des Pierrots de la Nuit sont également nombreux mais sans gravité.

Les Pierrots de la Nuit font surtout face à de l’incivilité. Les agressions sont verbales (45%) avec des remarques désobligeantes (3%) mais aucune agressivité physique n’est à déplorer.

Les principales raisons de ces incidents sont l’état d’alcoolémie avancée des fêtards protestant contre une restriction de liberté face à l’intervention croquignolesque des Pierrots (mimes, danseurs, clowns, marionnettistes,…) ou les responsables de bar n’ayant pas toujours compris l’intérêt de l’intervention.