Les cadenas des ponts parisiens vendus au profit des migrants clandestins

Les cadenas des ponts parisiens vendus au profit des migrants clandestins

Paris Vox – On pensait cette « affaire » terminée depuis longtemps. Les cadenas du Pont des Arts, accrochés sur les grilles du pont par des touristes voulant ainsi symboliquement « sceller » leur amour, avaient suffisamment fait parler d’eux.


 

En effet, cette « coutume », largement dévoyée par l’industrialisation du tourisme et l’instinct grégaire des touristes, commençait à poser de sérieux problèmes. Esthétiques d’abord, mais surtout sécuritaires puisque les grilles du pont n’était pas faites pour supporter un tel poids. Une grille s’était même écroulée en juin 2014. La Mairie de Paris avait alors décidé de retirer tous les cadenas et d’installer à la place, des plaques de plexiglas ne permettant pas aux quidams d’accrocher les fameux cadenas (le plus souvent achetés à des vendeurs à la sauvette).

Seulement, cette mode s’était étendue à d’autres ponts et en particulier le Pont de l’Archevêché. Vingt tonnes de cadenas ont ainsi été enlevées cette semaine et les plaques en plexiglas seront posées dès la semaine prochaine.
Ces cadenas, plus ceux du Pont des Arts (45 tonnes) sont actuellement stockés dans des locaux de la Ville de Paris. Mais c’était sans compter sur l’idée du premier adjoint du maire, Monsieur Bruno Julliard. 10 tonnes de cadenas seront donc vendus aux enchères en janvier au profit de « des actions de solidarité et de soutien aux réfugiés que nous accueillons sur le territoire parisien. ». Si cette vente aux enchères se passe bien, une deuxième pourra être organisée. Les SDF parisiens (entre 10 000 et 30 000 personnes), qui ne semblent pas concernées par l’opération, seront sans doute ravis de l’apprendre…

Fermer le menu