Exposition photographique sur le peuple Karenni

Exposition photographique sur le peuple Karenni

Samedi dernier, le 17 septembre, avait lieu, près du métro Temple, l’ouverture de l’exposition photo « Birmanie : la lutte du peuple Karenni » au restaurant le Nord Marais (39, Rue Notre Dame de Nazareth, 75003 Paris).


karenni
Ce restaurant branché du IIIè arrondissement a vu ses murs recouverts, en l’espace de quelques heures, de clichés pour le moins exotiques qui vont rester exposés pendant un mois.

En début de soirée, la salle s’est emplie d’une cinquantaine de personnes venues découvrir le peuple Karenni à travers ces clichés, tirés en grand format (30×45 et 20×30 cm) accrochés aux murs et légendés.

Olivier Frèrejacques, le président de l’association organisatrice a ensuite pris la parole afin d’expliquer le contexte politique général de la Birmanie ainsi que les particularité de l’état Karenni, le plus petit état de la République de l’Union du Myanmar, le nom officiel de la Birmanie.

C’est l’association Village Karenni qui est à l’origine de cette exposition, une association qui oeuvre à la défense du peuple Karenni, un peuple Birman en lutte depuis plus de 60 ans contre les troupes de l’armée gouvernementale birmane. En effet, depuis l’indépendance de la Birmanie à la fin de la seconde Guerre Mondiale, le gouvernement Birman a mené une politique jacobine à l’égard des états autonomes du pourtour de la plaine centrale, peuplés d’ethnies montagnardes.

18-small

L’association Village Karenni poursuit un programme de développement, à la fois agricole, social et scolaire dans l’état Karenni depuis le cessez-le-feu de 2012. Son objectif est de contribuer à la reconstruction de villages détruits par les conflits, afin de permettre au Karennis de se réapproprier leurs terres. L’association soutien aussi financièrement deux pensionnats et orphelinats catholiques et un orphelinat civil, car la « jeunesse représente l’avenir de ce peuple, et sa scolarisation lui permet d’avoir un avenir chez elle » nous explique Olivier Frèrejacques.

On trouve ainsi exposés une dizaine de clichés de la vie campagnarde et dans les pensionnats et orphelinats de l’état Karenni, pris par Barbara VIOLLET, une photographe professionnelle oeuvrant bénévolement pour l’association, qui a su capturer, avec beaucoup de sensibilité mais sans voyeurisme, les particularités de ce peuple très pauvre. Une deuxième partie de l’exposition comporte des photographies des armées de guérilla Karen et Karenni. Prises avant le cesser-le-feu de 2012, ces dernières ont été offertes à l’association par Jean MARY, un photo-reporter défenseur de la cause Karenni.

 

Ces photographies resteront exposées jusqu’à la mi-octobre au Nord Marais (39 Rue Notre Dame de Nazareth, 75003 Paris) . Les personnes souhaitant afficher dans leur salon un petit morceau de ce mystérieux pays peuvent obtenir un tirage de la photo de leur choix en remerciement d’un don de 50€ (100€ pour deux photo etc.). Il suffit de préciser le numéro de la photo dans l’intitulé du don.

Pour les chèques, ils sont à faire à l’ordre de l’association Village Karenni et à adresser au 100 boulevard de Grenelle 75015 Paris.

(Les dons sont déductible à 66 % des impôts).

 

Le site de l’association : http://www.village-karenni.com/

Karenni

Fermer le menu

Chroniques
Une fin du monde sans importance