Paris dans la littérature

Paris dans la littérature

Paris Vox – En partenariat avec la revue littéraire non conforme Livr’arbitres, retrouvez désormais régulièrement sur Paris Vox une sélection d’extraits de textes littéraires évoquant Paris et l’Ile de France, leur histoire, leurs habitants, leurs rues et leurs monuments…. Aujourd’hui, ADG et Geneviève Dormann.


 

A.D.G., La Nuit myope, 1981 : D’ici là, il allait traverser Paris à pied, avec son clebs, un trajet littéraire auquel s’étaient frottés Marcel Aymé et Jacques Perret parmi les meilleurs car la traversée d’une grande métropole, nuitamment, reste un exercice de style propice aux scènes de genre, rencontres pittoresques, incidents cocasses (clochards philosophes, putes au grand cœur suceuses pour pas un rond, sergent de ville bienveillant, nègre éthéromane et l’inévitable coureur à pied insomniaque et mormon pêchant des âmes peu baptistes entre deux longues foulées).

Geneviève Dormann, Mickey l’ange, 1977 : Demain, elle traversera la rivière, gagnera cette rive gauche où sourient de jeunes hommes muets qui ressemblent à Alfred de Musset. Elle retrouvera l’enfance au Luxembourg, l’insouciance rue Bonaparte, l’amour rue Galande. Hormis les agités des bocaux ministériels, les chevaliers du planning n’ont pas droit de cité, de ce côté du fleuve. Un soir de mai, peut-être, elle arrivera rue du Bac…

Fermer le menu

Chroniques
Une fin du monde sans importance