Fausse provocation et mauvais goût à Sciences Po

Fausse provocation et mauvais goût à Sciences Po

Paris Vox – Dans un contexte général très tendu, entre terrorisme islamiste et crispations communautaro-religieuses, la jeunesse dorée de Sciences Po n’a rien trouvé de plus urgent et de plus « courageux » que d’organiser un « Hijab Day ». En effet, un collectif d’étudiants de Sciences Po Paris invite ses camarades « à se couvrir les cheveux d’un voile », ce mercredi 20 avril, dans l’enceinte de l’école parisienne.

Selon les organisateurs, il s’agit d’inviter leurs camarades de la prestigieuse école à se couvrir la tête d’un voile pour « montrer que nous disposons de notre corps comme nous l’entendons ».

L’événement est accessible aux « femmes musulmanes et non musulmanes, voilées et non voilées » mais aussi « à quelques hommes » (sic). Le but de l’opération est évidemment, à rebours de nombreuses féministes telle Elizabeth Badinter, d’affirmer que « Les femmes devraient avoir le droit de se vêtir comme elles le souhaitent » et de « redonner la parole aux femmes voilées ».

La journée est organisée « au nom des étudiantes voilées de Sciences Po »et relayée par l’association étudiante de réflexion sur l’islam « Salaam ». Elle a été validée par l’établissement.

Une initiative qui n’est pas sans évoquer certaines scènes du dernier ouvrage de Michel Houellebecq, « Soumission », se déroulant justement dans le monde feutré et privilégié de l’université.

 

Fermer le menu