Les agents de sécurité de Roissy contrôlés

Les agents de sécurité de Roissy contrôlés

Paris Vox – Au lendemain des attentats du 13 novembre, face aux divers témoignages évoquant des cas de « radicalisation » islamiste parmi le personnel de Roissy, le préfet délégué à la sécurité de l’aéroport s’était voulu rassurant, arguant que « la situation était sous contrôle ». Une affirmation bien ambitieuse concernant plus de 86000 salariés employés sur la plate-forme, dont un grand nombre de musulmans. Des problèmes de mosquées « clandestines » avaient d’ailleurs été signalés dans le passé et dénoncés comme de possibles embryons de radicalisation. Ces faits avaient à l’époque fait l’objet d’un livre controversé de Philippe de Villiers, « Les mosquées de Roissy », paru chez Albin Michel (2006).
La situation est sous contrôle donc, mais le préfet a quand même décidé de passer au crible l’ensemble du personnel, en commençant par les agents de sécurité dont les missions sont les plus sensibles. On a beau avoir confiance en ses employés, on n’est jamais trop prudent…
Plus de 5500 contrôles ont ainsi déjà été effectué, chaque agent de sécurité voyant son nom étudié à la loupe par le DGSI. Aucun problème n’aurait été signalé jusqu’à présent.
Reste donc encore près de 80 000 personnes à contrôler, soit le nombre de salariés autorisés à accéder à la « zone réservée » (côté piste) et bénéficiant d’un badge leur permettant une large circulation. La remise de ce badge est soumise à une autorisation spéciale renouvelée chaque année.
En 2015, 84 badges ont été refusés ou retirés et deux personnes ont été licenciées à la suite de « débordements antisémites sur les réseaux sociaux ». Un certain nombre de signalements ont été également enregistrés mais très peu se sont révélés motivés par des causes sérieuses, ce type de « dénonciation » pouvant aussi servir parfois à régler des comptes personnels ou professionnels.

Fermer le menu

Chroniques
Une fin du monde sans importance