Direction générale du travail : des travailleurs clandestins en colère

Direction générale du travail : des travailleurs clandestins en colère

Paris Vox – Plusieurs de travailleurs clandestins ont occupé, hier après-midi, des locaux de la direction générale du travail à Paris (15e). Ils exigent leur régularisation, arguant du fait qu’ils travaillent, même sans fiche de paie.
Soutenus par les habituelles organisations syndicales pro-immigration (CGT – SUD – FSU), ils demandent également à être reçus par le ministre du travail, Myriam El Khomri, afin d’obtenir une régularisation sur simple preuve d’une relation de travail, sans condition de durée, de séjour ou d’emploi.
Une situation qui met une nouvelle fois en exergue le rôle délétère de patrons-voyous qui n’hésitent pas à recourir à une main d’œuvre immigrée illégale, exploitée et sous payée (30 euros par jour dans une brasserie pour le marocain Abdendi Belhag, l’un des porte-paroles du mouvement) dans un pays qui compte pourtant plusieurs millions de chômeurs.
Au regard de ces pratiques, on comprend mieux pourquoi le Medef ne cesse de réclamer toujours plus d’immigration, celle-ci permettant de casser les minimas sociaux et de faire pression à la baisse sur les salaires.

Fermer le menu