Emeutes à Sevran (93) suite à un tir mortel d’un policier

Emeutes à Sevran (93) suite à un tir mortel d’un policier

Paris Vox – Jets de projectiles, tirs de mortiers d’artifices, feux de poubelles… les « jeunes » de cité des Beaudottes à Sevran affrontent depuis deux nuits les forces de l’ordre,  suivant in scénario désormais bien connu.

Ces violences font suite à la mort d’un homme qui, ayant forcé un contrôle de police à bord d’une camionnette volée, a essuyé le tir d’un policier de la BAC qui l’a mortellement blessé. Une nouvelle excellente occasion pour les bandes locales de hurler à la « bavure policière » et de sortir les barres de fer et les engins explosifs  pour s’adonner à leur activité favorite : la guérilla urbaine.

Seules trois personnes ont été interpellées.

Par ailleurs, l’enquête se poursuit pour déterminer les circonstances exactes du décès de l’homme de 32 ans qui a refusé le contrôle de police au volant de son véhicule volé. L’Inspection générale de la police nationale (IGPN) est saisie du dossier.

Sans attendre les conclusions de l’enquête, Stéphane Blanchet, le maire (DVG) de Sevran, et Clémentine Autain, la députée (LFI) de Sevran, sans doute terrorisés par une possible explosion des quartiers ethniques, se sont fendus d’un communiqué témoignant de leur « soutien à la famille » et « appelant à l’apaisement et au recueillement ».