Faire un don
Nord de Paris : les toxicomanes de Stalingrad évacués vers la Porte de la Villette

Nord de Paris : les toxicomanes de Stalingrad évacués vers la Porte de la Villette

Paris Vox – Déplacer les problèmes sans les régler, voilà quel est être le modèle de gestion adopté par les pouvoir publics pour faire face à la dégradation des quartiers du nord de Paris qui sombrent chaque jour un peu plus dans le chaos et la violence.

C’est la préfecture de Police a mené l’opération ce vendredi sur demande du ministère de l’Intérieur. La maire de Paris Anne Hidalgo a «pris acte» de la décision.

Les forces de l’ordre ont donc procédé  à l’évacuation des toxicomanes des Jardins d’Eole et du quartier Stalingrad à Paris (XVIIIe et XIXe arrondissements), en proie à «des nuisances particulièrement élevées» (doux euphémisme…) depuis plusieurs mois, selon un communiqué de la préfecture.

Ce sont ainsi 200 agents qui ont été engagés dans cette opération délicate face à une population souvent violente  et capable de tout lorsqu’elle est en manque. De nombreux riverains ont exprimé leur satisfaction face à l’intervention policière, leur quotidien étant devenu un véritable cauchemar. Plus dubitatifs, certains s’interrogent pour savoir « ce qui la empêcher de revenir ». Une question pour le moment sans réponse et qui pourrait le rester une fois l’opération très médiatique terminée.

Nicolas Nordman, adjoint chargé de la sécurité à la Ville de Paris, reconnaît «un soulagement pour les riverains», quand d’autres élus (David Belliard, Anne Souyris) critiquent  pour leur part une opération «irresponsable, sans stratégie d’accompagnement».

La ville de Paris plaide comme toujours  pour l’ouverture de nombreux centres de prise en charge, voire de salles de shoot, refusant évidemment toute solution coercitive ou mécanismes d’hospitalisation contraignante, les drogués, souvent migrants clandestins,  étant pour eux des « victimes » et des « malades » et non des voyous dangereux et ingérables pourrissant la vie des honnêtes gens.