Une allée Commandant Massoud près des Champs-Élysées

Une allée Commandant Massoud près des Champs-Élysées

Paris Vox – Le samedi 27 mars, Anne Hidalgo inaugurera à Paris une allée « Commandant Massoud » en présence de son fils.

Figure afghane du rejet des soviétiques et des talibans, le Commandant Massoud a été tué en 2001. 20 ans après sa mort, la ville de Paris devient la première capitale à nommer une rue en son hommage.

L’allée choisie pour être renommée Commandant Massoud est située côté Est des jardins des Champs Élysées (8e).

L’inauguration sera faite par Anne Hidalgo en présence de plusieurs personnalités municipales, du fils du Commandant Massoud Ahmad Shah Massoud et du philosophe médiatique.

Qui était Massoud ?

La Mairie de Paris redonne la biographie de ce personnage atypique:

Ahmed Shah nait le 2 septembre 1953 dans le village de Bazarak, au Panshir (Afghanistan). Il passe son enfance à Kaboul où il étudie au renommé Lycée français et poursuit ensuite des études d’ingénieur à l’Université de Kaboul.

En 1973, suite au coup d’État soutenu par les soviétiques, il rejoint la résistance. Il prend alors le nom de « Massoud ». En 1979, suite à l’invasion de l’Afghanistan par les troupes soviétiques, Massoud mène une guérilla dans le Panshir. Il prend alors le contrôle de la région et chasse les troupes soviétiques.

Les soviétiques quittent le pays en 1989. Le régime afghan qu’ils soutenaient est renversé en avril 1992 par l’alliance des différents groupes de résistants, dont les forces menées par Massoud.

À partir de 1994, les talibans conquièrent l’essentiel du pays. Le 27 septembre 1996, ils s’emparent de Kaboul. Le mollah Omar, chef du mouvement, prend le pouvoir. Massoud parvient à repousser les offensives des talibans sur la vallée du Panshir.

Massoud est invité en avril 2001 au Parlement européen, à l’initiative de sa présidente, Nicole Fontaine. Il y dénonce les ingérences étrangères dans son pays et sollicite une aide financière pour aider les familles fuyant le régime des talibans et réfugiées dans la vallée du Panshir.

Le 9 septembre 2001, il est mortellement blessé, lors d’un attentat suicide, revendiqué par l’organisation Al Quaïda. Il était marié et père de cinq filles et d’un fils.

Ahmad Shah Massoud, le « Lion du Panshir », a été élevé en 2019 au rang de héros national par décret du président de la République Islamique d’Afghanistan.

Ce petit reportage diffusé par l’INA rappelle qui était le Commandant Massoud.

Qui était le Commandant Massoud ? | Archive INA
Lire cette vidéo sur YouTube.