Des fonderies d’or clandestines dans Paris

Des fonderies d’or clandestines dans Paris

Paris Vox – Paris n’a décidément pas fini de révéler tous ses secrets ni les trésors d’inventivité criminelle des « communautés » qui la composent aujourd’hui. Ainsi, la semaine dernière, les policiers ont fait une découverte qu’ils devraient pouvoir raconter à leurs petits enfants. En entrant dans ce laboratoire photographique du 10ème arrondissement, aucun des policiers présents ne s’attendaient en effet à découvrir, caché dans l’arrière boutique, une fonderie d’or.


Il semblerait donc que le plan d’affaires de cette petite boutique ne soit que partiellement centré sur le développement de pellicules photos mais en effet bien plus sur la fonte d’or et le recel de bijoux et autres objets précieux.

Les forces de l’ordre ont découvert sur place des lingots d’or, des diamants, 125 000 euros en liquide et de quoi faire fondre de l’or.
A priori, tous les objets découverts proviendraient de vols à l’arraché. Le propriétaire de la boutique, un Sri-Lankais de 55 ans, a été placé en garde à vue.

Une fonderie similaire avait été découverte il y a deux semaines dans un autre de ses commerces.
Supposé proche des « Tigres tamouls », un mouvement séparatiste tamoul du Sri Lanka, il pourrait être un collecteur de fonds de l’organisation terroriste.
Le terrorisme islamique n’est donc pas le seul à profiter de la recrudescence de la criminalité parisienne et du communautarisme qui y règne toujours davantage…